Nethys, un excellent client pour les consultants

©BELGA

La mission antifraude menée par Deloitte chez Nethys depuis fin 2019 pointe des frais de consultance pour plus de 127 millions d'euros, dont 40 millions qui nécessitent des vérifications.

Les années Moreau & Co continuent à alimenter le scandale chez Nethys. Au centre des nouvelles interrogations qui ont fait la une du Soir ce mercredi, les frais de consultance de l’intercommunale pour 127,5 millions entre le 1er janvier 2017 et le 31 décembre 2019. Ce montant ressort de l’analyse anti-fraude menée par le consultant Deloitte depuis novembre 2019.

Derrière cette somme astronomique, on recense 214 conseils, comptables et réviseurs, spécialistes indépendants de l'informatique ou des relations publiques qui ont travaillé durant ces trois ans pour Nethys au titre de "consultants".  Les vérifications de Deloitte ont porté sur les 121 prestataires qui ont facturé au moins 100.000 euros entre 2017 et 2019 (soit 98% du montant total facturé).

Sur base de la recherche de pièces justificatives, Deloitte estime que des vérifications internes doivent être approfondies auprès de 35 consultants pour un montant total qui frôle les 40 millions. Parmi ces consultants, Le Soir cite McKinsey, PwC et BDO et des prestataires indépendants comme Michel Marteau, ex-rédacteur en chef de Sudpresse.

Ce n’est pas la première fois que les frais de consultance sont pointés du doigt chez Nethys. Il y a quelques mois, la firme McKinsey était au centre de toutes les interrogations pour avoir facturé plus de 11 millions d'euros en frais de consultance chez Nethys au cours des années 2017-2019. Voulant éviter le scandale alors que la nouvelle direction de Nethys s’interrogeait sur les suites judiciaires à donner à cette "découverte" pour des factures jugées exorbitantes au regard des missions, le consultant s’est accordé avec Nethys sur un geste commercial en remboursant 7 millions d’honoraires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés