Publicité
Publicité

Nomination sous haute tension pour le nouveau CEO de Nethys

©BELGA

Le socialiste Jean-Claude Marcourt exige une procédure transparente et fustige "une période d'intérim du duo Witmeur-Levaux insignifiante et contre-productive de deux ans".

La course à la succession de Renaud Witmeur à la tête de l'intercommunale liégeoise Nethys prend une tournure politique. De quoi court-circuiter toute une procédure de recrutement que le tandem Witmeur-Levaux souhaitait pourtant la plus "clean" possible.

Tout débuta mardi dans Le Soir avec la fuite de quatre noms repris dans une shortlist de candidats. On y trouve Bruno Colmant (Solvay Business school), Grégory Demal (membre du comité de direction de la FSMA), Laurent Weerts (Deloitte et HEC), et Damien Lourtie (directeur financier de la SRIW).

Publicité

Arrive ensuite le grain de sel politique avec des déceptions chez certains socialistes liégeois de ne pas voir leur poulain d'une liste plus large de huit candidats repris dans la shortlist. C'est ainsi qu'en coulisses, certains au PS liégeois militent pour un élargissement de la shortlist afin de replacer dans la course Claude Melen. Ancienne cabinettarde chez Michel Daerden, Jean-Claude Marcourt et Jean-Pascal Labille, Claude Melen est passée également par la Sogepa et travaille aujourd'hui à la Cour des comptes.

On cite aussi Pierre Léonard (Sowalfin et ancien conseiller du cabinet Marcourt). Cela fera dire à un acteur liégeois que Jean-Claude Marcourt tente de placer ses pions. Un autre s'indigne en expliquant que "des gens veulent intervenir pour rediscuter de la procédure et de la liste. Le PS veut toujours tout rediscuter".

"Des gens veulent intervenir pour rediscuter de la procédure et de la liste. Le PS veut toujours tout rediscuter."

Pointé du doigt, le socialiste Jean-Claude Marcourt fustige ce qu'il appelle "de la manipulation de l'information qui ne se base que sur du vent", tout en assurant "ne pas avoir de candidat fétiche à placer à la tête de Nethys".

"Une période d'intérim insignifiante"

L'ex-figure de proue du PS liégeois, quelque peu tombée en disgrâce avec l'affaire Nethys, parle "d’un jeu de dupe qui n'a qu'assez duré". Il exige maintenant une procédure de recrutement totalement transparente. "Elle ne l'est absolument pas à ce stade", assure Marcourt, ancien ministre de l'Économie et actuel président du Parlement wallon.

"Il ne faudrait pas qu’une procédure de recrutement bâclée qui fait suite à une période d’intérim du duo Witmeur/Levaux insignifiante et contre-productive de deux ans."

Jean-Claude Marcourt
Membre du PS liégeois

Au-delà de la procédure, Jean-Claude Marcourt réclame un "projet d'avenir pour Nethys qui emploie des centaines de personnes et est active dans des domaines stratégiques essentiels pour le bassin liégeois et pour l'ensemble de la Wallonie".

Il n'hésite d'ailleurs pas à égratigner le tandem Witmeur-Levaux. "Il ne faudrait pas qu'une procédure de recrutement bâclée, qui fait suite à une période d'intérim du duo Witmeur-Levaux insignifiante et contre-productive de deux ans où aucune décision stratégique assurant l'avenir de la société n'a été prise, ne fasse s'écrouler l'entreprise. Désigner un nouveau directeur sur base d'une feuille de route vide de substance n'est pas non plus un gage de bonne gouvernance."

Elargissement de la shortlist

Mise sous pression, la direction de Nethys a, quant à elle, convoqué dare-dare un conseil d'administration ce mercredi, afin de déminer cette nouvelle bombe qui risque d'exploser à Liège après les scandales de l'ère Moreau. Un compromis est finalement trouvé.

Alors que la procédure de recrutement était jusqu'ici exclusivement gérée par un jury composé de Renaud Witmeur, de trois administrateurs de Nethys, et de deux externes, les membres du conseil d'administration auront l'occasion de consulter le dossier des huit candidats ce vendredi.

Et, au final, "un actionnaire ou un membre du conseil d'administration de Nethys aura l'opportunité de pousser la candidature d'un autre candidat que ceux repris dans la shortlist de quatre noms", dit-on.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Messages sponsorisés
Tijd Connect
Echo Connect offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.
Partnercontent
Partner Content offre aux organisations l'accès au réseau de L'Echo. Les partenaires impliqués sont responsables du contenu.