Publicité
Publicité
analyse

Pollution aux PFAS: la ministre Tellier sur le gril du Parlement wallon

Céline Tellier va devoir expliquer ce qu'elle savait et ce qui a été fait dans le cadre de la pollution aux PFAS de l'eau dans certaines communes hennuyères. ©ANTONIN WEBER / HANS LUCAS

La ministre wallonne Céline Tellier et la SWDE n'avaient pas alerté la population sur la pollution aux PFAS de l'eau dans quatre communes du Hainaut. Pourquoi?

La ministre wallonne de l'Environnement Céline Tellier (Ecolo) est attendue ce mardi en commission de l'environnement du Parlement wallon. Elle devra s'expliquer sur ce qu'elle savait et ce qui a été fait dans le cadre de la pollution aux PFAS de l'eau dans certaines communes wallonnes.

Selon une enquête de la RTBF, les habitants de plusieurs localités (Chièvres, Tongre-Saint-Martin, Tongre-Notre-Dame, Huissignies, Ladeuze, Moulbaix, Villers-Notre-Dame, Ormeignies, Tourpes, Blicquy, Chapelle-à-Oie, Ellignies-Sainte-Anne, Aubechies) réparties dans quatre communes (Chièvres, Ath, Leuze-en-Hainaut et Beloeil), soit environ 12.000 personnes, ont consommé une eau contaminée aux PFAS entre octobre 2021 et mars 2023.

Publicité

Les questions

Les PFAS sont des polluants chimiques dits "éternels" parce qu'ils résistent pendant plusieurs centaines d'années dans l'environnement. Ils représentent un danger pour la santé (lésions hépatiques, maladies thyroïdiennes, obésité, problèmes de fertilité, cancers, augmentation du taux de cholestérol, dysfonctionnement du système immunitaire, etc.)

Or, il semble que cette pollution était bien connue de la ministre de l'Environnement ainsi que de la SWDE (Société wallonne des eaux). Des initiatives ont été entreprises pour ramener les taux de PFAS à un niveau acceptable. Mais la population n'avait pas été tenue au courant des concentrations trop élevées de ces polluants ni des risques qu'elle encourrait.

Pourquoi la ministre de l'Environnement n'a-t-elle pas révélé le problème plus tôt? Pourquoi n'a-t-elle pas tenu la population au courant des mesures mises en place? Et d'abord, que savait-elle et quand l'avait-elle appris? Elle s'expliquera ce mardi...

Un rapport de 2018 du département de la défense américaine faisait déjà état d'une contamination de l'eau à Chièvres.

Plusieurs alertes

La RTBF a déjà retracé au moins une partie de la séquence. En 2021 éclatait le scandale 3M en Flandre: on apprenait que l'usine du géant américain installée à Zwijndrecht, près d’Anvers, déversait des PFAS dans l'environnement. En juin de cette année-là, la ministre Tellier rassurait, parlant de "niveaux contrôlables" en Wallonie.

En juillet, un rapport du département de la défense américaine, datant de 2018, est présenté au Parlement wallon. Il concerne la base de Chièvres, où la norme sanitaire américaine était dépassée. Par conséquent, le personnel a reçu de l'eau en bouteille. Ce rapport aurait été envoyé au SPW (service public de Wallonie). La ministre Tellier, qui n'était pas en poste à ce moment-là, ne semble pas au courant de cette communication.

En septembre 2021, des analyses étaient menées et la ministre annonçait que les résultats pour l'eau de distribution étaient rassurants. En janvier 2022, le SPW a fait remonter au cabinet Tellier les résultats d'une contamination de l'eau à Chièvres. Un e-mail retrouvé par la RTBF le prouve. Mais la population n'en a pas été informée, la commune non plus.

Pour l'heure, personne ne réclame la démission de la ministre Ecolo Céline Tellier.

Ce n'est pas tout. Deux alertes étaient aussi venues du nord du pays. En mars 2022 et en janvier 2023, la ministre flamande de l'Environnement Zuhal Demir (N-VA) avait envoyé un courrier à ses homologues wallons et bruxellois pour les prévenir de problèmes avec de l'eau potable importée d'autres régions. Outre Céline Tellier, Christie Morreale (PS, ministre wallonne de la Santé), Alain Maron (Ecolo, ministre bruxellois de l'Environnement et de la Santé) et Elke Van den Brandt (Groen, ministre bruxelloise de la Mobilité) étaient aussi avertis du problème.

Justifications

C'est en mars 2023 que la SWDE avait placé des filtres permettant de faire descendre les concentrations de PFAS dans l'eau. En mai 2023, la commune de Chièvres a enfin été informée du problème.

Alors, négligence, défaut de prévoyance, mauvaise évaluation du problème? Jusqu'ici, l'argumentaire de la ministre Ecolo s'est concentré sur le fait que la communication incombait à la SWDE et que la gestion du captage était du ressort de cette société et de l'administration. Pour l'heure, personne ne réclame la démission de la ministre. Mais on connaît les rebondissements que peut entraîner ce genre de révélation, et la ministre Tellier pourrait ne pas être la seule à devoir se justifier...

Ainsi, le MR, les Engagés et le CD&V pressent Alain Maron de s'expliquer lui aussi, mercredi en commission Environnement du parlement régional bruxellois.

Du côté de la SWDE, on insiste sur le fait que l'eau était potable selon les critères, et que la norme invoquée n'entrera en vigueur qu'en 2026. En effet, une norme limite 20 PFAS spécifiques à 100 nanogrammes par litre (100 ng/L), mais elle repose sur une directive européenne qui ne devra être respectée qu'à partir de 2026.

Le résumé
  • Les habitants de plusieurs localités hennuyères ont consommé une eau contaminée aux PFAS entre octobre 2021 et mars 2023.
  • La ministre Ecolo Céline Tellier et la SWDE étaient au courant d'une concentration importante de ces polluants dits éternels.
  • Ils ont pris des mesures pour faire baisser les taux, mais n'ont pas averti la population.
  • La ministre doit s'expliquer au Parlement wallon.
Dossier | Pollution au PFAS

Tout savoir sur la contamination des eaux au PFAS en région wallonne: les causes de la pollution, les acteurs du dossier et les dernières infos.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité