Publicité

Pour Céline Tellier, "la PAC concerne tous les citoyens"

©BELGA

À quelques jours d'importantes discussions au niveau européen, la ministre de l'Environnement rappelle l'importance de cet outil pour le climat.

La PAC…Derrière cet acronyme (pour politique agricole commune) et les 50 milliards que mobilise l’Europe se cachent un dossier aux enjeux cruciaux pour le monde agricole européen, mais aussi comme l’explique Céline Tellier (Ecolo), la ministre en charge de l’Environnement en Wallonie, pour les objectifs du Greendeal européen.

"La PAC, ce n’est pas uniquement un outil de financement des agriculteurs, mais aussi un outil de politique qui est commun à l’ensemble des citoyens."
Céline Tellier (Ecolo)
Ministre de l'Environnement

"Il faut faire prendre conscience à la population que la PAC, ce n’est pas uniquement une affaire d’agriculteurs, ce n’est pas uniquement un outil de financement des agriculteurs, mais aussi un outil de politique qui est commun à l’ensemble des citoyens parce que cela impacte notre agriculture, notre alimentation, la ruralité, la forêt, notre environnement et le climat. Avec ce budget qui représente 300 millions par an au niveau wallon, la question est de savoir comment on l’utilise au mieux pour soutenir nos objectifs de transition du modèle agricole."

Système défaillant

Or, pour Céline Tellier, "le système actuel ne fonctionne pas". La réforme de la PAC qui est en discussions au niveau européen avec d’importantes échéances la semaine prochaine est donc vue comme un moment décisif dans la poursuite des objectifs du Greendeal et du futur plan stratégique de la Wallonie. "En 25 ans, on a eu une diminution de deux tiers des fermes avec dès lors une augmentation de la taille des fermes qui deviennent agro-industrielles. On a aussi une diminution de 50% de l’emploi."

13%
part de l'agriculture dans les émissions à effet de serre
Le secteur agricole est responsable de 13% des émissions de gaz à effet de serre.

Le deuxième constat pointé par la ministre touche à l’environnement et au climat. "Le secteur agricole est responsable de 13% des émissions de gaz à effet de serre. Or, on a des objectifs de moins 55% au niveau wallon. On a une diminution de 60% des oiseaux agricoles en 30 ans. Ce déclin est lié aux pesticides. Il y a aussi un impact sur les pollinisateurs."

"Les agriculteurs wallons doivent d’abord nourrir les Wallons. Mais force est de constater que pour un bien de première nécessité comme le pain, ce n’est pas le cas."
Céline Tellier (Ecolo)
Ministre de l'Environnement

L’échec, ajoute Céline Tellier, touche aussi les consommateurs. "On a un décalage entre ce que nous produisons et ce que nous devons importer pour nous nourrir. En termes de céréales panifiables (les farines utilisées pour le pain), on a deux sacs de farine sur trois qui sont importés alors que nous produisons énormément de céréales, mais pas nécessairement les mêmes types. Il y a pourtant un principe phare dans notre code de l’agriculture wallon qui est celui de la souveraineté alimentaire. Les agriculteurs wallons doivent d’abord nourrir les Wallons. Mais force est de constater que pour un bien de première nécessité comme le pain, ce n’est pas le cas. " La ministre Ecolo pointe enfin les conséquences actuelles au niveau de la santé. "La Belgique est parmi les plus grands utilisateurs de pesticides au niveau agricole."

40% du budget pour améliorer le climat

Face à cette addition d’éléments à charge, Céline Tellier encourage ses homologues européens à ne pas dévier des critères obligatoires ou incitatifs qui conditionneront la répartition des aides entre le premier et le deuxième pilier de la PAC. On y trouvera par exemple des incitants liés à la protection de l’eau ou des sols, au maintien de la biodiversité ou de zones humides ou zones tampons le long des cours d’eau. "40% du budget de la PAC doit servir à l’amélioration du climat. Il faut maintenant pouvoir concrétiser ces bonnes orientations tant au niveau européen qu’au niveau wallon. Il faut garder à l’esprit cette nouvelle PAC qui est plus verte et qui intègre les objectifs du Greendeal."

Derrière ces enjeux, Céline Tellier pointe enfin une triple ambition: "30% de la surface utile en bio en Wallonie en 2030, 50% de diminution de pesticides dans le Greendeal européen à l’horizon 2030, diminution importante des émissions des gaz à effet de serre du secteur."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés