edito

Pour le mental, Thunder Power est un excellent échec

Le dossier de Thunder Power a démontré la capacité de la Wallonie à mobiliser du capital à risque envers des acteurs industriels. C'est un échec, mais on en redemande!

Alibaba, Thunder Power, Zalando, Amazon ou Legoland. Ces grands noms du commerce mondial et acteurs venus d’Asie ou d'Amérique ont tous un point commun. Ils sont venus renifler le climat des affaires en Wallonie. Il ne faut évidemment pas être naïf et oser reconnaître qu’il y a une part d’opportunisme dans leurs démarches avec l’envie de dénicher un terrain à prix d’ami pour développer leur business en Europe. Sans doute. Mais certains avaient aussi un intérêt stratégique. On pense à Alibaba en particulier qui surfe sur l’aéroport de Liège.

Ces noms sexy renvoient au rêve du succès. Mais ces entreprises sont aussi synonyme d’audace. Il faut en effet en avoir sous le coude pour approcher ces géants et arriver à les faire venir en Wallonie. Même pour un déplacement d’une journée sans lendemain comme avec Zalando ou Amazon.

Cette audace dans les affaires, elle ne se lit pourtant pas assez. La Wallonie doit renouer avec cette niaque. (...) Il faut jouer gros et voir plus grand.

Cette audace dans les affaires, elle ne se lit pourtant pas assez. La Wallonie doit renouer avec cette niaque et arrêter de faire comme toujours en saupoudrant les aides à droite et à gauche. La vérité, c'est que cela ne marche pas et ne réduit pas l'écart socio-économique avec la Flandre.

Il faut jouer gros et voir plus grand.

Cet esprit de rupture a par le passé été à la base de la création des pôles de compétitivité. En misant sur des clusters, la Wallonie a redynamisé des pans de son industrie et donné naissance à des champions. C’était cependant il y a une dizaine d’années. Aujourd’hui, il en faut plus et ne plus se cantonner à être le notaire du passé. Il faut débusquer les niches industrielles de demain, motiver les acteurs privés à y investir et jouer les Etats stratèges pour les soutenir. À l'image de Thunder Power.

Avec du recul, on se dit que Thunder Power était un excellent dossier pour le mental de la Wallonie car elle a fait preuve d’audace. La Wallonie a pris le risque d’investir 50 millions dans un pari industriel audacieux avec la possibilité de tout perdre. L'échec aurait certainement mené à une critique virulente, mais injuste.

Il reste maintenant à reproduire cette même dynamique avec les acteurs wallons. Avec audace et pragmatisme.

Lire également

Messages sponsorisés