edito

Prosumer: le calice jusqu'à la lie pour les libéraux

Le Walgov financera 100% de la redevance sur l'électricité non consommée par les prosumers entre 2020 et 2021. Les derniers rebondissements n'ont pas redoré l'image politique en cette période-Covid.

42 millions. L’accord intervenu ce jeudi pour solder le dossier prosumer coutera donc 42 millions d’euros de plus qu’initialement prévu aux finances wallonnes. En cause : un oubli au moment de boucler les derniers calculs. Une fâcheuse histoire de TVA.

Soyons clairs: cela fait plus de quinze ans que le dossier du photovoltaïque wallon sent le soufre. Le but n’est ici ni de revenir sur le fonds du problème, ni d’oublier les errements du passé en la matière (et il y en a). Il est de pointer la méthode. Avec au cœur du jeu actuel, les libéraux.

Ces dernières semaines et ces derniers mois, les promesses électorales du MR se sont d’abord transformées en solutions bancales pour contourner l’avis du régulateur pour les marchés de l’énergie et du gaz, la Cwape. Côté gouvernance, on a vu mieux.

Il y a eu ensuite ces grands marchandages avec le PS et Ecolo. Ce " je te donne ceci, tu me laisses cela " qui, jeté sur la place publique, n’a redoré en rien l’affaire. Côté vision politique, on repassera.

Ces 42 millions d’euros qui s’ajoutent aujourd’hui aux 200 millions initialement prévus, c’est le calice qui se boit jusqu’à la lie pour les libéraux, obligés de repartir quémander chez leurs partenaires.

Ces 42 millions d’euros qui s’ajoutent aujourd’hui aux 200 millions initialement prévus, c’est le calice qui se boit jusqu’à la lie pour les libéraux, obligés de repartir quémander chez leurs partenaires. Le retour des vieux démons et de la calculette de Jacqueline Galant.

Le contribuable paiera. Dont acte.

Ce qu’on oublie peut-être trop vite côté politique – et le contribuable l’oubliera-t-il – c’est ce qui va outre la méthode elle-même. Depuis les engagements de campagne, lorsqu’on a promis monts et merveille aux 160.000 foyers wallons propriétaires de panneaux, depuis les petits arrangements nés de la formation d’un gouvernement, le monde a changé. Les priorités ont changé.

Des entreprises sont au bord de la faillite. Des indépendants sont exsangues. Des Wallonnes et des Wallons vont perdre leur emploi dans les prochains mois. Chaque euro disponible pour la relance sera un euro qui comptera, surtout lorsque l’on porte un lourd déficit.

242 millions, la pax prosumer?  Cela fini par faire très cher les promesses électorales.

Surtout en temps de Covid.

Lire également

Messages sponsorisés