Quel avenir pour Liege Airport après la vente de VOO?

©Photo News

Les actionnaires d'Enodia devraient décrocher le jackpot après la vente de VOO. Liege Airport pourrait en profiter.

Que feront les actionnaires d’Enodia de tout leur argent s’ils décrochent la timbale après la vente de VOO? Deux options s’offriront à eux.

Après le démantèlement des actifs concurrentiels de Nethys, certains actionnaires d'Enodia voudront peut-être retirer leurs billes. D’autres seront invités par le conseil d’administration de Nethys à poursuivre l’aventure en misant sur le développement économique de l’aéroport de Liège, dont elle est actionnaire.

Dans le cadre de son redéploiement industriel après la vente de ses filiales, le conseil d’administration de Nethys a mené avec le consultant McKinsey des "études prospectives sur le pôle d’activités aéroportuaires liégeois", explique-t-il. Derrière cette vaste analyse, "l’objectif était d’établir un plan stratégique et d’affaires économiquement à même de soutenir le développement de la filière cargo intégrée dans un nouvel écosystème accueillant des acteurs de la logistique et de l’e-commerce ainsi que des activités de services connexes", précise l’intercommunale.

En cas de succès, l’aéroport pourrait créer entre 4 et 5.000 emplois.

Sur le terrain, on le sent déjà. L’aéroport est en mutation. Depuis l’arrivée du géant chinois de l’e-commerce Alibaba et du russe AirBridgeCargo, Liege Airport est rentré dans une autre dimension dans le monde du fret aérien. Pointons par exemple le projet d’Alibaba. Bien que phasé sur 4 à 5 ans, il devrait créer entre 800 et 900 emplois et permettre à l’aéroport d’augmenter ses volumes annuels de 500.000 tonnes. D’après les projections faites par l’aéroport dans le cadre de sa vision stratégique sur 10 ans, Liège pourrait se placer dans le top 5 européen et même titiller le gratin du top 3. Cette ambition tient en un exemple. Le transport de fret tournera autour des 900.000 tonnes en 2019. Dans dix ans, le plan stratégique vise entre 1,5 et 2 millions de tonnes.

Boom de l’e-commerce

Cette ambition qui va permettre à Liège de dépasser Cologne et de se frotter à Luxembourg doit notamment être rendue possible par l’arrivée d’Alibaba et le boom de l’e-commerce. L’enjeu est là! On le voit déjà dans les chiffres de l’e-commerce. Tous les indicateurs sont au vert.

Alors que l’aéroport a géré 384.000 colis liés à l’e-commerce en 2017, 2018 a servi de tremplin avec un volume global de 9,5 millions. Et 2019 s’annonce déjà exceptionnelle. En avril, les douanes ont traité 29,6 millions de colis e-commerce sur Liège et on tourne aujourd’hui à 30 millions de colis par mois.

Allongement de la piste

Il reste maintenant aux actionnaires de l’aéroport à accompagner tout ce développement. Outre la construction de nouvelles places de parking pour les avions et de nouveaux bâtiments, le développement de la zone nord ou encore l’installation de nouvelles chaînes de tri, il est aussi question d’allonger la piste secondaire de l’aéroport. L’emploi devrait évidemment connaître lui aussi une forte augmentation.

En cas de succès dans les objectifs fixés, certains estiment que l’aéroport pourrait créer entre 4 et 5.000 emplois. Bref, tout cela pour dire que les possibilités sont là pour grandir. Il reste à les assurer financièrement. "Ce plan nécessitera plusieurs centaines de millions d’euros d’investissements", dit Nethys. La balle est maintenant dans le camp des actionnaires.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect