Record d'investissements étrangers en Wallonie

PhotoNews ©Photo News

Au total, 78 nouveaux dossiers d'investissement étranger en Wallonie ont été bouclés avec succès pour l'année 2013. Ils représentent 861.686 millions et vont créer 1.531 emplois directs.

En attendant les chiffres définitifs des exportations wallonnes pour l'année 2013, l'Agence wallonne à l'exportation et aux investissements étrangers (Awex) a présenté à son conseil d'administration les statistiques des engagements des investisseurs étrangers en Wallonie. Selon des documents dont nous avons eu connaissance, 38 nouveaux dossiers d'investissements étrangers ont été bouclés avec succès à la fin novembre 2013 au profit du sud du royaume. Ils représentent la promesse de création de 1.275 emplois directs et 589 millions d'euros de capitaux injectés dans l'économie régionale.

Express

• Le bilan des investissements étrangers établi par l'Awex indique que la Wallonie a attiré 78 dossiers en 2013 pour un montant total de près de 862 millions. Ils représentent une promesse de création de 1.531 emplois directs.

• L'analyse sur la période 2000-2013 révèle que la Wallonie a capté un total de 1.142 dossiers d'investissements étrangers pour près de 10 milliards d'euros. Ils ont créé 24.064 emplois.

• La Flandre est le deuxième créateur d'emplois en Wallonie avec 4.074 emplois dont 748 en 2013.

Le dernier bilan pour toute l'année dernière indique que la Wallonie a attiré un total de 78 dossiers d'investissements étrangers pour un montant de 861.686 millions d'euros. Le montant consacré par les milieux étrangers à la Wallonie en 2013 constitue le troisième record depuis 2000 après les années 2006 et 2011 au cours desquelles la région a attiré respectivement 1,01 milliard et 1,087 milliard d'euros.

 

Projets de petite taille

Le nombre de dossiers bouclés en 2013 est par contre le meilleur score depuis 2000. "La conjoncture n'était pas favorable, mais il reste en Wallonie un fond de commerce professionnel dans la prospection qui fait que la région est toujours considérée comme terre d'investissements. Mais les projets sont de plus en plus de petite taille et on le voit dans le nombre d'emplois créés", nous a confié Philippe Suinen, administrateur général de l'Awex. D'après lui, la force de la Wallonie réside dans la rapidité à répondre aux demandes d'informations des investisseurs étrangers. Les intercommunales locales de développement ont par exemple 5 jours pour répondre aux demandes concernant la disponibilité des terrains.

10 milliards sur 2000-2013

L'évolution du nombre d'emplois créés depuis 2000 confirme l'analyse du patron de l'Awex sur leur faiblesse. Car même si le nombre de dossiers réussis en 2013 est la meilleure performance sur cette période de 10 ans, le nombre d'emplois créés (1.531) est le 6e score depuis 2000. 2007 est l'année où les investisseurs étrangers ont généré le plus d'emplois avec 1.907 postes de travail .

De 2000 à 2013, les investissements étrangers bouclés par l'Awex ont généré 17.783 emplois directs grâce à 716 dossiers et pour un montant total de 6,24 milliards d'euros. En intégrant l'action des partenaires, on dénombre au total 1.142 dossiers réussis pour près de 10 milliards d'euros (9.975.295.313 euros) et avec la création de 24.064 emplois directs à la clé.

Les principaux secteurs ayant bénéficié des investissements étrangers sur cette période sont la logistique (3.029 emplois), le génie mécanique (2.355 emplois), l'agroalimentaire (2.139 emplois), les sciences du vivant (1.527 emplois), les Nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC, 1.494, emplois), et la Chimie (1.438 emplois).

Coûts sociaux trop élevés

Malgré le bon résultat, les dirigeants de l'Awex tirent la sonnette d'alarme, car ils sont de plus en plus confrontés à de sérieuses critiques de la part des investisseurs étrangers. D'après le document sur les indicateurs de performance élaboré par les dirigeants de l'Awex, on note une diminution très nette des investissements étrangers réalisés dans le domaine de la logistique. "Bien qu'un certain nombre de gros projets de centres logistiques européens soient actuellement à la recherche d'implantation sur le marché du Benelux, peu d'entre eux envisagent une installation en Belgique. Ceux-ci justifient leur position d'une part par la perception qu'ils ont quant à la hauteur des coûts d'activité (notamment les coûts salariaux) et, d'autre part, par la difficulté récurrente et importante pour trouver des terrains de très grande superficie conformes à leurs souhaits", analyse l'Awex.

Sa direction indique que la perception des coûts sociaux élevés lui est de plus en plus souvent présentée comme l'élément négatif pour l'attractivité de la région. "Malheureusement, force est de constater qu'en tant qu'outil régional d'attractivité des investisseurs étrangers, nous manquons cruellement d'informations factuelles et précises comparant les coûts sociaux en vigueur dans les pays limitrophes, en particulier pour les activités à forte concentration de travailleurs peu spécialisés. Des contacts ont été initiés pour tenter d'entreprendre une analyse comparative dans ce sens", déplore-t-elle.

La Flandre a créé 4.074 emplois en Wallonie

Paradoxalement, les investissements de la Flandre en Wallonie sont comptabilisés dans les projets d'origine étrangère. Ils ont permis de créer 4.074 emplois directs entre 2000 et 2013 dont 748 postes de travail rien qu'en 2013. Ce chiffre fait du nord du pays, le deuxième créateur d'emplois en Wallonie derrière les USA (5.124 emplois), mais devant des pays comme la France (2.071 emplois), le Royaume-Uni (1.233 emplois), l'Allemagne (1.002 emplois) et les Pays-Bas (985 emplois). Les investissements en provenance de Bruxelles ont permis de créer 634 emplois en Wallonie sur la période 2000-2013.

Quid des exportations?

En ce concerne les exportations wallonnes, les chiffres définitifs des 12 mois de 2013 ne sont pas encore arrêtés. Mais selon nos informations, le troisième trimestre a renoué avec une légère croissance. Ce qui fait dire aux dirigeants de l'Awex qu'elles pourraient enregistrer une croissance positive ou nulle. Les exportations wallonnes ont chuté de 1,5% au premier trimestre et de 0,6% au deuxième trimestre. Durant les six premiers mois de 2013, elles ont enregistré un recul de 1% à 20,3 milliards d'euros par rapport à la même période en 2012.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés