Refinancement et cap sur le monde du gaming pour Wallimage

©BELGAIMAGE

Le refinancement des fonds de Wallimage doit notamment permettre au secteur de se positionner comme challenger dans le gaming et la réalité virtuelle.

La bonne nouvelle tombe enfin pour Wallimage. En préparation depuis mai 2018, soit en pleine période du festival de Cannes, il aura finalement fallu attendre l’arrivée du FIFF (Festival international du film francophone) à Namur et quelques ajustements par rapport à la version initiale dévoilée dans L’Echo le 17 mai pour que le gouvernement wallon valide la recapitalisation de son fonds d’investissement dans les œuvres audiovisuelles. Une manne financière que le secteur de l’audiovisuel attendait avec impatience!

Du capital pour rester attractif

L’opération, concoctée par le cabinet du ministre de l’Économie et validée par le gouvernement wallon ce jeudi, entend répondre à un constat: "Le mécanisme Wallimage fonctionne bien mais, arrivé à ce stade et vu la concurrence de nos voisins proches (France, Allemagne, Luxembourg, Angleterre), il est important de s’inscrire de manière volontariste sur la carte du monde. Pour rester attractif dans un marché de plus en plus concurrentiel et être un acteur de poids à l’international, une augmentation des moyens financiers de Wallimage est indispensable", pointe la note gouvernementale.

Pour rester attractif dans un marché de plus en plus concurrentiel et être un acteur de poids à l’international, une augmentation des moyens financiers de Wallimage est indispensable.
Gouvernement wallon

Le fonds a pourtant prouvé son efficacité et sa complémentarité avec le Tax Shelter. Depuis sa création, Wallimage a financé 350 projets pour 76,6 millions d’euros. Ces investissements ont généré 278 millions de dépenses dans l’industrie audiovisuelle wallonne. Depuis 2004, le taux de retombées dépasse même les 400%.

Les nouveaux moyens d’action de l’aide publique vont augmenter à travers différentes opérations. Wallimage va directement recevoir 6,5 millions pour l’année 2018. Cette dotation, sensiblement revue à la hausse si on la compare aux 4,5 millions reçus l’année précédente, bénéficie du rapatriement des moyens de Creative Wallonia mis en liquidation.

De son côté Wallimage Entreprises, un fonds qui investit sous forme de prêts ou de prises de participation dans des sociétés audiovisuelles en Wallonie, va récupérer, via une augmentation de capital, les recettes générées par les œuvres soutenues par l’aide publique wallonne depuis 2005 et bloquées sur un compte bancaire, soit environ 2,6 millions d’euros.

Musictech et gaming

Avec son refinancement, Wallimage Entreprises doit tenter de gommer une série de lacunes constatées dans le secteur comme la taille limitée de la plupart des sociétés, une offre de studios d’animation très pauvre, l’impossibilité pour les trois studios de mixage présents d’opérer pour un long-métrage dédié au cinéma, etc.

Le fonds de Wallimage Entreprises, qui a déjà engagé au total près de 20 millions d’euros dans 72 sociétés différentes à la fin 2017, est également appelé à répondre au défi du digital notamment dans le secteur Musictech en favorisant l’éclosion de sociétés technologiques au service de la musique en Wallonie.

La Wallonie entend aussi se faire une place dans le créneau très prisé de la réalité virtuelle et du gaming en s’appuyant sur son centre de formation et de développements dédié à la réalité augmentée et virtuelle au sein du Pôle Image de Liège.

Mieux promouvoir la Région

À côté de ces deux recapitalisations, le gouvernement wallon a revu complètement le fonctionnement de l’accueil des tournages en décidant de rapatrier dès 2019 les trois bureaux d’accueil de tournages (et forcément leurs moyens financiers évalués à 500.000 euros) chez Wallimage.

Cette rationalisation s’accompagne d’un nouvel ordre de mission car, constate le gouvernement, "l’accueil des tournages ne doit pas se limiter à l’accueil des équipes cinéma et TV mais aussi faire la promotion de la Région auprès des professionnels à l’étranger et du grand public en Belgique et dans les pays limitrophes".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content