Rudy Demotte évoque le plein emploi en 2025

Rudy Demotte ©belga

Le ministre-président wallon Rudy Demotte prône la constitution d'un Groupe des Partenaires sociaux wallons pour encadrer et dynamiser un dialogue social.

Le ministre-président wallon Rudy Demotte a évoqué samedi, à l'occasion de la cérémonie officielle des Fêtes de Wallonie, une ambition wallonne à atteindre le plein emploi en 2025, en appelant à un "enthousiasme constructif" et en s'appuyant notamment sur une concertation sociale wallonne formalisée.

Disant refuser toute naïveté au regard des situations que vivent les travailleurs d'Arcelor, de Caterpillar ou de Carsid, Rudy Demotte (PS) n'en a pas moins estimé que la Région wallonne "s'en sort désormais" et que de multiples indicateurs montraient "un mouvement de fond en marche".

S'il ne convient pas de relâcher l'effort, cela justifie aussi "d'être pleinement et résolument positif. D'être résolument offensif! Je ne lis d'ailleurs rien d'autre dans les appels des acteurs économiques et sociaux qui fixent, notamment, pour objectif d'atteindre le plein emploi en 2025. Qui aurait seulement osé évoquer cette notion il y a dix ans pour la Wallonie ? On l'aurait alors traité d'utopiste! Aujourd'hui, c'est simplement faire preuve d'ambition", selon Rudy Demotte.

Evitant le concept de "nationalisme wallon" qui lui avait valu une volée de bois vert ces dernières semaines, le chef de l'exécutif wallon a réaffirmé l'importance d'une "fierté wallonne", "d'un élan civique et d'un attachement affectif" à la Wallonie. "Car un projet citoyen n'est pas un projet froid ou une simple adhésion aride à un intérêt économique commun. Il se nourrit, aussi, du sentiment d'appartenir collectivement à une même ambition".

Pour encadrer et dynamiser un dialogue social favorable au développement socio-économique de la Wallonie, Rudy Demotte a défendu la constitution "sans délai" d'un Groupe des Partenaires sociaux wallons (GPS-W). Il répond ainsi à une demande rappelée dernièrement par les patrons et les syndicats wallons, soucieux d'institutionnaliser au niveau régional une concertation sociale comme il en existe au fédéral à travers le "Groupe des dix".

S'adressant au Premier ministre Elio Di Rupo, Rudy Demotte a souligné l'impatience régionale à voir aboutir les transferts de compétences, afin de les traduire au niveau des entités fédérées "dès cette législature".

En parallèle, les présidents de parti accordent leurs violons pour savoir quelle institution exercera les compétences relatives aux soins de santé et aux allocations familiales. "Mon ambition est que les derniers mois de cette législature permettent d'adopter les décrets d'affectation des matières transférées entre les entités", a affirmé Rudy Demotte.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect