Sans décret, le financement des hôpitaux wallons est menacé

©BELGAIMAGE

Certains sujets sont les grands oubliés de l'accord de gouvernement wallon. Parmi lesquels: le décumul, la mise en réseaux des hôpitaux publics et privés...

À chaque négociation, ses compromis. L’arc-en-ciel wallon n’échappe pas à la règle. Et forcément, avec trois partis politiques autour de la table, les choses sont plus coriaces. Pointons par exemple le délicat sujet du décumul intégral pour les parlementaires wallons. La thématique était portée par les écologistes. Elle avait été acceptée par les socialistes dans la note coquelicot cet été. L’arrivée des libéraux à la table des négociations y a mis un terme. Idem pour le plafond de rémunération des mandataires avec un abaissement de ce plafond de 150 à 100%: le projet est tout simplement abandonné, tout comme une révision de l’indemnité de sortie des parlementaires.

Au chapitre des soins de santé, on peut pointer deux faits majeurs. PS, MR et Ecolo font une croix sur le projet d’assurance autonomie, porté par le cdH sous la précédente législature. Pour rappel, cette cotisation de 36 euros par an et par Wallon de plus de 18 ans devait servir à financer des services dans l’accompagnement et l’aide aux personnes. La piste est aujourd’hui enterrée.

De grandes interrogations surgissent également dans la mise en réseaux des hôpitaux publics et privés wallons. Pour rappel, c’est une obligation fédérale. Ici, c’est une question de timing qui pourrait poser problème. Si PS, MR et Ecolo semblent d’accord pour voter un décret, aucun accord n’a été dégagé pendant les négociations. Or, le temps presse. Le gouvernement fédéral attend la liste des réseaux hospitaliers pour le 1er janvier. Or, sans un décret wallon permettant d’encadrer juridiquement le rapprochement entre les hôpitaux publics et privés, il semble aujourd’hui impossible d’avancer sur ce dossier. Cette lacune n’est pas sans risque pour les institutions hospitalières wallonnes. Sans un vote du décret rapidement, permettant aux hôpitaux de s’organiser en réseaux dans les différents bassins de vie, le Fédéral pourrait virtuellement couper les financements.

Au niveau de l’enseignement, certains, surtout au MR, plaidaient pour un rapatriement des compétences liées à l’enseignement qualifiant de la Fédération Wallonie-Bruxelles vers la Région wallonne afin de répondre aux spécificités de certaines formations. Une réflexion sera menée, mais les négociateurs n’entendent pas lancer un débat institutionnel entre francophones. L’idée de supprimer les provinces a, elle aussi, vécu. Elles vont même hériter des compétences communales au niveau des zones de secours. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect