Un refinancement de 40 millions pour BSCA

©TRIPTYQUE

Le plan de sauvetage va permettre à l'actionnaire privé Belgian Airports de passer de 27% à 48% dans le capital de l'aéroport de Charleroi.

Avec ses activités quasiment à l’arrêt depuis un an et des besoins en trésorerie estimés à 40 millions, l’aéroport de Charleroi BSCA souffre financièrement. "Une situation catastrophique", pointe Elio Di Rupo, le ministre-président socialiste de la Région wallonne. Le ministre libéral Jean-Luc Crucke, en charge des aéroports, avance les chiffres: "L’aéroport a subi une perte de 22,3 millions en 2020 nonobstant les économies de 22 millions réalisées en 2020. Le besoin de trésorerie pour finir l’année sont eux estimés à 13 millions. On est évidemment dépendant de la situation pour sortir de la crise."

Plan d'action post-Covid

C’est dans ce contexte difficile que le gouvernement wallon a chargé, il y a quelques mois, un groupe de travail présidé par Gilles Samyn. Objectif: repenser l’avenir de l’aéroport carolo à travers un nouveau plan d’action à 10 ans, "lui permettant d’assurer une activité commercialement, financièrement et socialement durable dans un contexte post-Covid".

"Nous retravaillons avec Ryanair cette convention sur le long terme. C’est le partenaire privilégié de l’aéroport parce qu’il représente 70% de l’occupation au niveau de la clientèle."
Jean-Luc Crucke (MR)
Ministre en charge des aéroports

Outre l’avenir économique de l’aéroport, le gouvernement avait posé des exigences en matière de gouvernance. Mais ce plan nécessitait surtout de relancer un dialogue jusqu’ici tendu avec l’actionnaire privé Belgian Airports (derrière lequel on trouve le groupe italien Save et ses 27% dans BSCA) en vue de préparer la recapitalisation de l’aéroport "afin de reconstituer les fonds propres".

Les principes de l’accord, validés par le conseil d’administration de BSCA le 18 mars ont été présentés par le gouvernement wallon ce jeudi. Le plan stratégique se décrit comme "green, digital, profitable, qualitative et low cost". Cela passera notamment par une "nouvelle relation équilibrée et à long terme avec Ryanair et une diversification des compagnies présentes à Charleroi via, notamment, les possibilités offertes par l’allongement de la piste". La convention qui lie l’aéroport à Ryanair s’achève en 2025. "Nous retravaillons avec Ryanair cette convention sur le long terme. C’est le partenaire privilégié de l’aéroport parce qu’il représente 70%  de l’occupation au niveau de la clientèle", précise Jean-Luc Crucke qui parle d’un horizon 2040.

10 %
Réduction des coûts/an
Le business plan de la BSCA prévoit une réduction des coûts de 10 % par an par rapport à 2019 (sans licenciements), une gestion dynamique de la tarification des parkings voitures et la mise en place de surfaces commerciales devant le terminal 1.

En discussion, la nouvelle convention avec Ryanair devrait intégrer une hausse des redevances. Le business plan de BSCA mise d’ailleurs sur une hausse généralisée des redevances "de manière progressive" ainsi que l’instauration d’une redevance "écologique" green fee. Le business plan prévoit également une réduction des coûts de 10 % par an par rapport à 2019 (sans licenciements), une gestion dynamique de la tarification des parkings voitures et la mise en place de surfaces commerciales devant le terminal 1.

Le public reste majoritaire

À côté du volet stratégique, il a bien fallu parler gros sous. "Le conseil d’administration de BSCA a estimé qu’un apport de 40 millions supplémentaires était nécessaire afin de reconstituer des fonds propres pour pouvoir poursuivre l’activité dans de bonnes conditions et mettre en œuvre le plan stratégique adopté", rapport le ministre. Concrètement, 10 millions seront libérés sous la forme d’un abandon de créance de la part de la Sowaer sur le montant des redevances ayant fait l’objet d’un moratoire en 2020. Une augmentation de capital de 30 millions est donc aussi programmée. Elle entraînera une modification du poids des actionnaires sans minoriser le public. La part du privé Belgian Airports passe de 27,6% à 48,3% grâce notamment à l’injection directe de 10,8 millions. La Sowaer qui représente la Région wallonne, passe de 50,21% à 35,87%, Sambrinvest de 19,16% à 13,6%, Igretec de 2,32% à 1,65% et la Sabca de 0,67% à 0,48%.

Afin de refléter le nouvel équilibre actionnarial, le conseil d’administration de BSCA sera composé de 14 membres (contre 19 actuellement) dont 3 indépendants dont l’un devra également être membre du Conseil d’administration de Liege Airport. De là à imaginer un rapprochement avec Liège? "Il y a un lien qui s'effectue", pointe le ministre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés