Wallonie: 50 millions à trouver d'ici vendredi

©BELGA

Le gouvernement wallon entre en conclave budgétaire ce jeudi. A priori, les ministres espèrent terminer l'ajustement de son budget 2016 vendredi soir.

Commençons par les bonnes nouvelles. D’après nos informations, les recettes de la Région wallonne sont en progression de 115 millions d’euros. Cette amélioration est due essentiellement à une hausse des dotations liées à la loi de financement.

La grosse surprise vient des dépenses. Elles sont en hausse de 142 millions. Les raisons sont multiples: accélération de l’inflation qui augmente la dotation aux OIP et au fonds des communes par exemple, indexation des salaires,...

A ce montant, il faut ajouter plus ou moins 23 millions de dépenses additionnelles liées au sous-financement de certaines politiques transférées par le Fédéral comme les congés éducation payés.

Racler les fonds de tiroirs

Au total, l’exécutif wallon doit trouver 50 millions d’euros. Ce montant est un minimum car il ne prend pas en compte les demandes des différents ministres pour financer des politiques nouvelles comme la sûreté des aéroports ou des actions en faveur de l’agriculture. On parle ici de quelques dizaines de millions d’euros.

Si, à première vue, l’ajustement ne semble pas impossible, le gouvernement devra, comme à chaque fois, racler les fonds de tiroirs. Il se dit aussi qu’il pourrait également réévaluer le rendement de certaines recettes comme la taxe de circulation.

Ajustement bouclé en Fédération Wallonie-Bruxelles

Le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a ajusté mercredi son budget 2016, lequel sera marqué par un déficit un peu plus prononcé: 245 millions d'euros, au lieu des 200 millions initialement annoncés. Si les recettes de la Fédération seront cette année finalement un peu plus élevées (de 33 millions d'euros) qu'anticipé, de nouvelles dépenses sont toutefois venues grever davantage le budget.

→ Il y a d'abord le dépassement de l'indice pivot dès ce mois de mois de mai, ce qui entraînera une indexation automatique des salaires des enseignants et fonctionnaires (+54 millions d'euros).

→ Les dépenses liées à l'accueil des réfugiés (+15,5 millions).

→ Celles générées par le boom démographique (+14 millions d'euros en frais d'encadrement et de fonctionnement dans les écoles).

→ A quoi il convient encore d'ajouter un litige vieux de 27 ans que la Fédération vient de perdre définitivement à propos des charges sociales des enseignants (+38 millions d'euros), la mise en oeuvre du nouveau contrat d'administration de la Fédération (+4,7 millions), et les frais liés à la reconstruction de l'école du Shape.

La Fédération prévoit en conséquence d'achever l'exercice en cours sur un déficit de 245 millions d'euros, soit davantage que les 200 millions prévus à l'initial. Un dérapage qui pourrait encore s'alourdir de quelque 16 millions d'euros en fonction de l'issue (positive ou non) de discussions toujours en cours avec le fédéral concernant le financement des infrastructures hospitalières, transférées dans le cadre de la 6e réforme de l'Etat. 

Le projet d'ajustement 2016 sera soumis début juin devant le Parlement, pour une adoption en plénière prévue en juillet. Le budget de la Fédération se monte à quelque 10 milliards d'euros sur base annuelle, dont les trois quarts servent à financer la politique d'éducation dans la partie francophone du pays.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés