Welbio, un témoin utile pour la recherche fondamentale en Wallonie

©Bloomberg

Le fonds public wallon vient de financer 14 projets de recherche dans les sciences du vivant. Un exemple qui pourrait se décliner dans d’autres secteurs.

Petit cousin du VIB flamand, le fonds public wallon Welbio, dédié aux sciences de la vie, vient de lancer 14 nouveaux projets de recherche. Cette cinquième opération du genre en dix ans d’existence permet de dégager 7,5 millions d’euros pour financer une série de recherches fondamentales dans les sciences de la vie.

Un levier pour l’industrie

"Welbio agit en amont de l’innovation industrielle et alimente le pipeline de l’innovation."
Jean Stéphenne
Président de Welbio

L’acte n’est pas anodin. Si on navigue ici dans le monde de la recherche fondamentale autour de thématiques comme la biologie du cancer, l’immunologie ou les maladies neurologiques, Welbio se définit comme un vivier pour les industriels. Jean Stéphenne, président de Welbio et ancien patron de GSK, n’a d’ailleurs pas manqué hier, à l’occasion de la cérémonie officielle de la rentrée des chercheurs de Welbio, de souligner cette spécificité. "Welbio agit en amont de l’innovation industrielle et alimente le pipeline de l’innovation. Nous portons une attention sur la valorisation. Ce n’est pas facile. Quand on fait de la recherche, on sait qu’il faut souvent attendre 15 ans. Le fait d’avoir créé Welbio attire l’attention sur la nécessité pour les chercheurs de devoir déposer un brevet. Notre objectif est d’amener des projets à l’industrie."

Financé par la Région wallonne, le fonds a quelques beaux succès à mettre en avant. On peut pointer un accord de sous-licence avec argenx et le géant pharmaceutique AbbVie dans le domaine de l’immuno-oncologie. Un autre projet de recherche dans les diagnostics compagnons a permis à un chercheur de Welbio de signer un partenariat avec l’entreprise OncoDNA. Enfin, ChromaCure, une première entreprise spin-off directement dérivée de Welbio, a été lancée en 2018. Elle est active dans le domaine de la thérapie du cancer.

Un WelTech ou un WelChange?

Une autre facette de Welbio est d’être en liaison avec le pôle de compétitivité BioWin.

Une autre facette de Welbio est d’être en liaison avec le pôle de compétitivité BioWin. Ainsi, certains projets poursuivent leur parcours au sein du pôle, comme dans le domaine de la thérapie cellulaire avec MaSTherCell. Ravi des résultats, Vincent Blondel, président du FNRS et recteur de l’UCL, plaide pour une déclinaison de Welbio à d’autres pôles de compétitivité.

"Les universités proposent de créer un programme WelTech (dans le digital) et WelChange (sur la transition écologique) avec d’autres pôles. Ce serait un acte politique majeur pour le nouveau gouvernement", a-t-il lancé sous l’oeil attentif de Willy Borsus, le ministre libéral en charge de la recherche, présent lors de la cérémonie.

Soutenir les secteurs stratégiques

"Il y a un vrai potentiel de découverte en Wallonie qu’on ne doit pas laisser passer."
Vincent Blondel
Président du FNRS

Reste la question du financement… Pierre Van Renterghem, le directeur de Welbio, appelle la Wallonie à dégager de nouveaux moyens, sans quoi les caisses seront vides en 2021. "La Wallonie a beaucoup d’outils pour soutenir l’innovation industrielle mais il faut plus de moyens pour financer la recherche fondamentale. En Flandre, ce choix stratégique a été porteur avec la VIB. À notre niveau, les résultats sont bons. Mais les moyens restent limités."

Cet appel est d’ailleurs repris par Vincent Blondel. "On finance 14 projets mais d’autres n’ont pas été retenus alors qu’ils étaient considérés comme exceptionnels par un jury d’experts. Il y a un vrai potentiel de découverte en Wallonie qu’on ne doit pas laisser passer."

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect