Willy Borsus, ministre wallon de l'Economie: "La Wallonie limite les dégâts" en matière d'exportations

©BELGA

Les exportations wallonnes ont reculé de 5,3% en 2020. Une chute que relativise le ministre de l'Économie qui parie sur un montant de 50 milliards pour les exportations cette année.

La chute des exportations wallonnes en 2020 n’est pas une véritable surprise. La question était surtout de connaître l’ampleur de la décroissance. Il y a quelques mois, les experts de l’Awex s’attendaient à enregistrer un recul des exportations de l’ordre de 13 à 18% par rapport à 2019. Le recul est finalement de 5,3% pour atteindre 47,3 milliards d'euros, souligne le ministre de l’Économie, le libéral Willy Borsus.

"On a un recul sévère, mais qui ne surprend pas. La Wallonie a limité les dégâts grâce à la résilience de ses entreprises."
Willy Borsus (MR)
Ministre de l'Économie

Face aux chiffres, le ministre entend donc nuancer la situation et essaye même de la relativiser. "On a un recul sévère, mais qui ne surprend pas. La Wallonie a limité les dégâts grâce à la résilience de ses entreprises. En 2009, au lendemain de la crise de 2008, le recul avait été de 15,1%.

Les résultats doivent par ailleurs être nuancés positivement si on compare la situation wallonne avec les autres Régions comme la France (-15,9%), la Flandre (-5,6%), la zone euro (-9%) ou l’Allemagne (-9,3%). Une partie de nos entreprises ont pu s’adapter au fil du temps ou amortir le choc."

Deux secteurs ont permis aux exportations wallonnes de résister en 2020. Celui des produits pharmaceutiques (+2,4%), qui progresse dans le contexte de la crise sanitaire. Étonnamment, ce ne sont pas les ventes de vaccins à l'étranger (-5,8%) mais celles de médicaments (+17,6%) qui ont tiré leur épingle du jeu.

-5,3%
Alors que les experts de l'Awex s'attendaient à une chute de plus de 13%, les exportations wallonnes ont reculé de 5,3% l'année dernière.

Le secteur du matériel de transport (+28,2%), porté par des ventes importantes de boîtes de vitesse pour l'automobile, s'est lui aussi illustré. Il est d'ailleurs passé en un an de la sixième à la quatrième place des principaux secteurs d'exportation du sud du pays.

Les produits pharmaceutiques, qui pèsent plus d'un tiers du total, occupent toujours la première place, devant les métaux et ouvrages en métaux, et les machines et équipements électriques et électroniques.

 Au niveau géographique, le recul des ventes wallonnes au sein de l'Union européenne (-3,1%) a été moins marqué que hors UE (-9,4%). À la grande exportation, l'Extrême-orient, moins touché par la pandémie, fait figure d'exception, avec une croissance de 6,9%. Les livraisons wallonnes à la Chine ont notamment connu une année faste (+32,9%).

"Les carnets de commandes depuis août et septembre augurent une reprise dans les mois qui viennent."
Pascale Delcomminette
Administratrice générale de l'Awex

 Les États-Unis, malgré un recul de 10,2%, qui fait toutefois suite à deux années record en 2019 et 2018, restent le troisième acheteur de produits "made in Wallonia" derrière la France et l'Allemagne mais devant les Pays-Bas.

Pour 2021, Pascale Delcomminette, l’administratrice générale de l’Awex, estime que la Wallonie va renouer avec la croissance. "Les carnets de commandes depuis août et septembre augurent une reprise dans les mois qui viennent". Willy Borsus espère ainsi que les ventes wallonnes à l'étranger franchissent, en 2021, la barre des 50 milliards d'euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés