Berlusconi veut une monnaie parallèle à l'euro

©AFP

Silvio Berlusconi soutient l'introduction d'une monnaie parallèle aux côtés de l'euro. Un projet qui pourrait séduire les Italiens, de plus en plus hostiles à l'euro, et aussi d'autres formations politiques. A l'approche d'élections générales... La dette italienne souffre.

L'ancien président du conseil Silvio Berlusconi espère toujours reconquérir le pouvoir avec son parti Forza Italia. Quel sont ses projets? D'après la presse italienne, il soutient l'introduction d'une monnaie parallèle aux côtés de l'euro. Un projet qui pourrait séduire les Italiens vu qu'il y a dans le pays une proportion croissante de la population qui prône le rejet de la monnaie unique européenne.

Des élections générales doivent se dérouler le 23 mai 2018 au plus tard.

Ce n'est pas une idée nouvelle mais ce que l'on voit c'est que certains commencent à se positionner en vue des élections italiennes et des histoires comme celles-là retiennent de plus en plus l'attention.
Benjamin Schroeder
stratégiste sur les taux chez ING

L'idée d'une monnaie parallèle en Italie pourrait aussi être un moyen pour Silvio Berlusconi de trouver un terrain d'entente avec de possibles alliés politiques comme la Ligue du Nord, parti anti-immigration, ou la formation d'extrême-droite Frères d'Italie-Alliance nationale, selon Lorenzo Codogno, professeur invité à la London School of Economics. "En fait les trois formations doivent se réunir dans les prochains jours pour décider d'une plateforme commune." "Politiquement, ce serait une étape importante dans la mise en ordre de bataille du centre-droit en vue des prochaines élections générales."

Des gens font référence à cet article dans lequel Berlusconi a développé son idée d'une monnaie parallèle.
Benjamin Schroeder
stratégiste sur les taux chez ING

Conséquences sur les marchés. Ce mardi, la dette italienne se voit plombée par ce projet de "monnaie parallèle".  Les rendements de la dette publique se sont tendus et leur écart avec la dette allemande a atteint un plus haut de cinq semaines. Le rendement des emprunts d'Etat à 10 ans a gagné huit points de base (pdb) pour s'établir à 2,11%, un plus haut de trois semaines, et enregistrer sa plus forte progression journalière en un mois. L'écart de rendement à 10 ans avec l'Allemagne s'est élargi à 170 points de base, un plus haut de cinq semaines, alors qu'il avait touché un plus bas de l'année à 152 pdb ce mois-ci.

Les tensions géopolitiques et de la perspective d'un ralentissement des achats d'actifs de la Banque centrale européenne ont aussi un effet sur les dégagements sur la dette italienne.

©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés