La BCE prête à dégainer son bazooka en septembre

©BELGA

Selon le Wall Street Journal, la Banque centrale européenne va annoncer un paquet de nouvelles mesures. Le but: stimuler une économie en zone euro qui montre des signes d'essoufflement. Parmi les mesures évoquées, le retour du bazooka monétaire de la BCE.

La rentrée s'annonce mouvementée à la BCE. Un haut responsable de la Banque centrale européenne a confié au Wall Street Journal que l'institut monétaire allait mettre le paquet lors de sa prochaine réunion en septembre, la dernière du président Draghi. S'appuyant aussi sur les propos d'Olli Rehn, l'actuel gouverneur de la Banque centrale finlandaise et membre de la BCE, le quotidien américain évoque des mesures qui iront au-delà des attentes des investisseurs. 

Il faut dire qu'à la lueur des données économiques présentées cette semaine par l'Allemagne et la Chine, les marchés attendent un geste fort de la part de l'institut de Francfort, "un ensemble de mesures importantes et percutantes", comme le souhaite Olli Rehn. Pour l'ancien Commissaire européen, dans le climat actuel, "il vaut mieux avoir un paquet de mesures politiques très solides que de bricoler". 

Encore sonnées par l'inversion de la courbe des taux apparue ce mercredi, même si elle n'a été que temporaire, les Bourses européennes reprennent des couleurs ce vendredi, portées notamment par l'espoir de mesures accommodantes de BCE espérées à la rentrée. Mais les craintes de récession, ou du moins d'un ralentissement prolongé des économies européennes, sont encore redoutées par les investisseurs. 

Pression sur la BCE 

©REUTERS

Les Etats-Unis, l'Australie, la Nouvelle-Zélande ou encore l'Inde ont franchi le pas de la détente monétaire ces dernières semaines, et la BCE pourrait bien leur emboîter le pas alors même que l'économie allemande s'est contractée au deuxième trimestre et que l'on commence à parler d'un risque de récession contagieuse. Fin juillet, Mario Draghi avait déjà ouvert la voie à une série de remèdes anti-crise. Il est question à présent d'une ou plusieurs baisses des taux, mais aussi une possible reprise de ses rachats de dette. 

Les analystes s'attendent ainsi à voir la BCE faire reculer son taux directeur de 0,1 point de pourcentage. Il est actuellement fixé à moins -0,4% depuis mars 2016. Les analystes sont aussi de plus en plus nombreux à compter sur un retour du programme d'assouplissement quantitatif de la BCE, un outil interrompu à la fin de l'année dernière. Le "bazooka" de la BCE pourrait cette fois être chargé d'environ 50 milliards par mois pour l'achat d'obligations nouvelles. 

Les commentaires d'Olli Rehn vont à coup sûr mettre la pression sur la Banque centrale européenne. La baisse des taux sera-t-elle plus prononcée? La BCE rachètera-t-elle d'autres types d'actifs? Les conditions pour un nouveau lot de prêts à long terme pour les banques seront-elles adoucies? Réponse le 12 septembre prochain à l'issue du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect