La détection de somnolence bientôt obligatoire sur toutes les voitures

©BELGA

La Commission européenne veut imposer des systèmes de sécurité avancés sur toutes les nouvelles voitures mises sur le marché en Europe. Les mesures qu'elle propose sauveraient plus de 10.000 vies au cours de la prochaine décennie, estime-t-elle.

Il sera bientôt impossible pour un automobiliste de s'endormir au volant ou pour un camionneur d'ignorer la présence d'un cycliste sur le flanc de son poids lourd. La Commission européenne présente ce jeudi un paquet de mesures sur les transports routiers qui devrait selon elle sauver plus de 10.000 vies au cours de la prochaine décennie (l'an dernier, 25.300 personnes sont mortes sur les routes de l'UE).

La commissaire européenne aux Transports Violeta Bulc (ici en avril) présente aujourd'hui sa dernière initiative législative. ©EPA

Si ses propositions de la commissaire Violeta Bulc dans le cadre de sa vision "zéro accident" sont suivies par les législateurs, tous les nouveaux véhicules mis sur le marché européen devront être dotés d'un système de reconnaissance de somnolence et de distraction, mais aussi d'une caméra arrière ou encore d'un système intelligent d'assistance de vitesse.

Toutes les nouvelles voitures devront encore être dotées d'un assistant de trajectoire et d'une boîte noire, enregistrant les données des incidents. Les camions et les bus devront quant à eux être dotés d'un système de détection des cyclistes ou piétons, palliant leur angle mort.

Véhicules autonomes

Parallèlement, la Commission veut doper la numérisation du transport, mettant notamment en place de nouvelles exigences d'infrastructure pour soutenir les véhicules autonomes. Elle présente ce jeudi une stratégie pour faire de l'Europe "un leader mondial des systèmes de mobilité entièrement automatique et connectés, et annonce la mise à disposition de 450 millions d'euros pour doper la numérisation du transport (dans le cadre de son enveloppe "Connecting Europe Facility").

Ces mesures s'ajoutent à la première norme d'émission de CO2 pour les camions, que L'Echo avait dévoilé mercredi. En 2025, les émissions moyennes des nouveaux poids lourds devront avoir baissé de 15% par rapport à 2019. De nouveaux standards sont mis en place sur les performances aérodynamiques des véhicules et la labélisation de leurs pneus - la Commission indique par exemple que les conducteurs européens économiseraient jusqu'à 125 euros par voiture et par an avec des pneus plus efficaces.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content