Le Royaume-Uni n'intéresse plus les travailleurs européens

©Photo News

Le nombre d’Européens qui cherchent un emploi au Royaume-Uni a diminué de 18 % depuis janvier, selon le site d'offre d'emplois Indeed. C'est la plus forte baisse depuis l’annonce du résultat du Brexit.

Selon une étude, le nombre d’Européens qui cherchent un emploi en ligne au Royaume-Uni a diminué de 18 % depuis janvier. C'est la plus forte baisse depuis l’annonce du résultat du Brexit.

Or, les employeurs anglais sont très dépendants des travailleurs européens: un million (44,3 %) des emplois créés depuis 2008 sont occupés par des travailleurs européens...

Si le pays attire moins dans toute l’Europe, la baisse est la plus forte en Allemagne, en France, en Belgique et en Espagne, précise cette étude d’Indeed, le site d’offres d’emploi le plus important au monde, sur la base des requêtes en ligne des Européens des 27 pays membres.

En revanche, le nombre de recherches d’emploi dans le sens inverse augmente : le nombre d’Anglais cherchant un travail dans d’autres pays européens ne cesse de croître depuis le début du mois de janvier 2017.

Le tableau ci-dessous montre que le nombre d’Européens à la recherche d’un emploi au Royaume-Uni a diminué depuis le référendum en juin 2016:

La tendance s’est encore renforcée après l’annonce du " Brexit dur " en octobre et la diminution de 2017 est la plus forte constatée jusqu’à présent.

"Il est clair que le marché du travail anglais va être confronté à des défis complexes vu la réduction du nombre de travailleurs européens et qu’il va devoir les relever aussi vite que possible pour éviter toute perturbation systémique"
Mariano Mamertino
économiste EMEA (Europe, Moyen-Orient, Asie) chez Indeed

Forte dépendance

Une autre analyse d’Indeed basée sur les données officielles de l’ONS (Office for National Statistics) montre à quel point le Royaume-Uni est devenu dépendant des travailleurs européens. Ces données révèlent qu’un million (44,3%) des emplois créés depuis 2008 dans le pays sont occupés par des travailleurs originaires d’autres pays européens.

Cette dépendance est la plus marquée dans les secteurs de la production et de l’hôtellerie puisque les travailleurs européens étrangers représentent un quart (26%) des emplois dans ces secteurs.

"Une telle dépendance vis-à-vis des talents européens peut être très dommageable si le Brexit perturbe le flux de travailleurs ", ajoute M. Mamertino. "Si le Brexit débouche sur l’exclusion des travailleurs européens ou si l’économie anglaise se détériore à cause de ce référendum, les travailleurs européens chercheront des emplois ailleurs, cela ne fait pas le moindre doute. En outre, le taux de chômage anglais est au plus bas depuis 40 ans. Les talents sont chaque jour plus rares et de nombreux employeurs éprouvent des difficultés à trouver les bons employés. Même maintenant, avec la liberté d’installation des travailleurs européens, le marché du travail anglais est sous pression. Les Anglais doivent donc réaliser qu’aussi bien leur marché du travail que leur économie dans son ensemble sont en péril. C’est d’autant plus urgent que les négociations sur le Brexit ont débuté".

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content