Publicité

"Les bas salaires allemands à l'origine de la crise"

© AFP

Les réformes de l'économie allemande sont régulièrement présentés comme un modèle à suivre par les autres pays. L'Organisation internationale du travail n'est pas d'accord du tout.

L'Organisation internationale du travail (OIT) a épinglé la politique allemande de compétitivité par les salaires, y voyant "la cause structurelle" de la crise en zone euro, dans un rapport publié mardi.

"L'amélioration de la compétitivité des exportateurs allemands est de plus en plus identifiée comme la cause structurelle des difficultés récentes dans la zone euro", souligne l'institution onusienne basée à Genève, qui critique notamment les réformes engagées en 2003 par le gouvernement Schröder.

Ces réformes ainsi que les gains de compétitivité de l'économie allemande sont régulièrement présentés par Berlin comme un modèle à suivre par les autres pays. Le président français Nicolas Sarkozy a notamment vanté le modèle allemand ces dernières semaines.

→ L'OIT y voit au contraire un frein à la croissance européenne. "Les coûts du travail allemands ont chuté depuis une décennie par rapport aux concurrents, mettant leur croissance sous pression, avec des conséquences néfastes pour la viabilité de leurs finances publiques", note l'organisation qui vise à promouvoir le travail décent à travers le monde.

"Plus grave, les pays en crise n'ont pas pu utiliser la voie des exportations pour compenser la faiblesse de la demande domestique car leur industrie ne pouvait pas profiter d'une demande intérieure plus forte en Allemagne", ajoute l'OIT.

 

• L’Organisation internationale du Travail est une institution chargée au niveau mondial d’élaborer et de superviser les normes internationales du travail. C’est une agence des Nations Unies qui rassemble des représentants des gouvernements, des employeurs et des travailleurs, pour élaborer des politiques et des programmes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés