Après "Solar Impulse" dans les airs, voici "Energy Observer" sur les mers

©AFP

Capable de produire de l'hydrogène à partir de l'eau de mer, le catamaran automone partira pour une odyssée de 6 ans autour du monde. Objectif: expérimenter des technologies propres pour un usage quotidien dans un futur très proche.

Equivalent sur mer de l'avion "Solar impulse", l'"Energy Observer", premier navire autonome en énergie, propulsé à l'hydrogène et aux renouvelables, a été présenté vendredi à Saint-Malo, avant sa mise à l'eau le vendredi suivant.

Le catamaran de 30,5 m de long pour 12,80 m de large est le premier bateau au monde capable de produire son propre hydrogène par électrolyse à partir de l'eau de mer grâce au couplage des énergies renouvelables, ont expliqué les porteurs de projet, le navigateur Victorien Erussard et l'homme d'images Jérôme Delafosse, tous deux originaires de Saint-Malo.

©AFP

"Ce bateau est un smart greed (réseau électrique intelligent, ndlr) flottant", a résumé Victorien Erussard, 38 ans, qui travaille sur ce projet depuis 2013.

La palette des moyens de production d'énergie embarqués est impressionnante: 130 m2 de panneaux photovoltaïques, 2 éoliennes à axe vertical, une aile de traction intelligente qui alimenteront deux moteurs électriques convertibles en hydrogénérateurs.

©AFP

Au plan technologique, le CEA-LITEN (Grenoble) a développé la pile indispensable pour transformer l'hydrogène en énergie.

Ce laboratoire "nous a donné la crédibilité technique et scientifique pour ce projet", a souligné Victorien Erussard.

L'hydrogène est obtenue à partir de l'eau de mer grâce à un électroniseur, après dessalinisation. Elle est ensuite stockée et utilisable en cas d'une production insuffisante provenant des équipements d'énergie renouvelable du bateau.

"Mixité énergétique"

"Ce bateau se veut un symbole de la mixité énergétique (...) Pour pallier aux problèmes d'intermittence (du renouvelable), on a l'hydrogène qu'on peut stocker en amont", a insisté Victorien Erussard.

→ Pourquoi l'hydrogène? L'hydrogène contient jusqu'à trois fois plus d'énergie par unité de masse que le gazole et 2,5 fois plus que le gaz naturel. De plus, sa combustion ne rejette ni CO2 ni particules fines.

L'idée du projet est née de l'aventure de "Solar Impulse", l'avion solaire expérimenté par le Suisse Bertrand Piccard.

©AFP

"J'avais parlé du projet à Nicolas Hulot qui m'avait encouragé à m'intéresser à l'hydrogène", a rappelé le navigateur et officier de marine marchande.

Nicolas Hulot est le parrain du navire, en compagnie de Florence Lambert, directrice du CEA-LITEN, laboratoire d'innovations pour les technologies des énergies nouvelles et les nanomatériaux.

Après une série d'étapes en France jusqu'à la fin de l'année, le navire, "une plateforme expérimentale testée en milieu extrême de l'équateur aux pôles", appareillera pour une "odyssée du futur" de six ans: un tour du monde de 101 étapes sans émission de CO2 avec "pour objectif de partir à la découverte de solutions pour un futur plus propre", a développé Jérôme Delafosse, le chef d'expédition, 45 ans.

"L'idée, c'est de rencontrer tous ceux qui innovent, de passer du constat à l'action, d'être inspirant" avec ce navire sur lequel "il y a de l'innovation sur à peu près tout".
Jérôme Delafosse
Initiateur du projet

"Energy Observer est destiné à expérimenter des technologies qui seront utilisées dans notre quotidien dans un futur très proche et non dans des années", a fait valoir Jérôme Delafosse.

L'expédition se veut également à vocation pédagogique, avec notamment une série documentaire de 8 épisodes mais aussi la création d'un média digital afin que le grand public puisse suivre en temps réel et sans intermédiaire les différentes étapes et expériences du voyage.

L'idée est de s'inscrire dans la lignée de Jacques-Yves Cousteau ou de Nicolas Hulot, en utilisant les innovations technologiques, telles que la réalité virtuelle, la réalité augmentée, l'immersion à 360°, le son 3D ou le live interactif.

Un partenariat a également été conclu avec l'UNESCO qui, tout au long du périple, apportera son soutien et celui de ses représentants dans les divers pays visités, en particulier dans les domaines de la promotion des énergies renouvelables et de la diffusion de contenus pédagogiques.

©AFP

Le navire est à l'origine un catamaran de course de 24,38 m, construit en 1983 au Canada par l'architecte naval Nigel Irens sous la supervision du navigateur Mike Birch.

Premier voilier à franchir en 1984 la barre symbolique des 500 milles en 24 heures, il a ensuite remporté de nombreuses compétitions. Sa transformation en Energy Observer, parrainée notamment par AccorHotels et Thélem Assurances, a mobilisé une équipe d'une cinquantaine de personnes depuis 2015.  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content