Attentat déjoué: "La bombe était prête"

©Thierry du Bois

Selon la chaîne NOS, la justice belge disposerait de preuves que des djihadistes basés à La Haye aux Pays-Bas avaient planifié un attentat à la Commission européenne à Bruxelles. Les explosifs destinés à perpétrer l'attentat était apparemment prêts à être utilisés quand ils ont été retrouvés.

"La Commission européenne n'a pas reçu d'informations concernant des menaces spécifiques contre la Commission", a indiqué dimanche un porte-parole de l'institution européenne, en réaction à une information de la chaîne néerlandais NOS qui indiquait samedi que des djihadistes avaient planifié un attentat à la Commission. "D'autres questions en relation avec des rapports de presse doivent être adressées aux autorités belges", a ajouté le porte-parole.

"Ils préparaient un attentat. L'une des cibles était le bâtiment de la Commission européenne à Bruxelles."
La chaîne NOS
citant des sources anonymes

Selon la chaîne NOS, la justice belge disposerait de preuves que des djihadistes basés à La Haye aux Pays-Bas avaient planifié un attentat à la Commission européenne à Bruxelles. Les deux individus, un homme et une femme d'origine turque, ont été interpellés début août à leur arrivée à Brussels Airport alors qu'ils revenaient de Turquie. Ils avaient vraisemblablement séjourné en Syrie. Les deux suspects seraient coupables, selon la justice, d'appartenance à un groupe terroriste, de violation de la législation sur les armes et de financement du terrorisme.

De plus, les explosifs destinés à perpétrer l'attentat déjoué à la Commission européenne étaient prêts à être utilisés, peut-on lire lundi dans les colonnes de Het Laatste Nieuws.

Selon le journal flamand, qui cite une source anonyme, lors de la perquisition de l'appartement bruxellois où séjournait le couple néerlandais d'origine turque appréhendé au début du mois d'aôut, la police a découvert, outre des armes à feu et un gilet pare­-balle, des explosifs prêts à l'emploi.

Des Belges auraient par ailleurs été impliqués dans la préparation de l'attentat, souligne Het Laatste Nieuws. L'un des suspects encore recherché par la police, qui semble être reparti pour la Syrie, aurait également entretenu des contact avec l'organisation Shariah4Belgium, notamment à Courtrai et Malines.

"Les commissaires n'étaient pas visés individuellement. L'action devait ressembler à l'attaque du Musée juif (...) avec pour objectif de tuer un maximum de personnes."
NOS

"Nous sommes au courant de l'information" a déclaré à l'AFP un porte-parole de la Commission. "Nous sommes sûrs que les autorités nationales suivent l'affaire de manière appropriée".

Pour rappel, samedi matin  L'Echo annonçait que les autorités belges avaient empêché plusieurs attentats de jihadistes revenus au pays après avoir combattu en Syrie et qui sont des sympathisants du groupe État islamique (EI). On estime à quelque 400 le nombre de personnes de nationalité belge qui sont allées se battre en Syrie, dont environ 90 sont rentrées.

Les bâtiments de la Commission à Bruxelles abritent plusieurs milliers de fonctionnaires dont les hauts responsables des responsables de la gestion au quotidien de l'Union et de ses 28 pays.

Bruxelles abrite également le quartier général de l'Otan et de plusieurs autres compagnies et organisations internationales mais les mesures de sécurité y adoptent un profil bas et sont discrètes.

"Nous partons du principe que, parmi eux, un sur neuf a l'intention de commettre un attentat. C'est une évaluation conservatrice, quand on tient compte des gens qui peuvent leur venir en aide", nous a expliqué une source. Plusieurs personnes ont été arrêtées, mais les autorités ne veulent pas dévoiler quelles étaient les cibles potentielles, pour ne pas affoler le public.

La Belgique, comme d'autres pays européens, s'inquiète du nombre croissant de ses ressortissants qui vont combattre en Syrie et en Irak et risquent de rentrer au pays encore plus endurcis et radicalisés.

En juin, un tribunal a ordonné un procès contre 46 personnes soupçonnées d'être membres de Sharia4Belgium, un groupe islamiste radical accusé de recruter de jeunes combattants pour la Syrie.

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content