"Il faut cesser les petits jeux politiques", prévient Theresa May

©Photo News

La Première ministre britannique défend l'accord conclu avec l'Union européenné sur le Brexit à deux jours d'un vote décisif à la CHambre des Communes.

La Première ministre britannique Theresa May a prévenu dimanche les parlementaires qu'un rejet de l'accord sur le Brexit qu'elle a négocié avec l'Union européenne serait catastrophique pour le pays, à deux jours du vote décisif à la Chambre des Communes qu'elle devrait perdre.

"(Ne pas soutenir l'accord) serait catastrophique et un abusde confiance impardonnable pour notre démocratie". "Donc mon message au Parlement ce week-end est simple: il est temps d'oublier les jeux et de faire ce qui est juste pour notre pays."
Theresa May
Première ministre britannique

Faute de majorité, May a déjà dû renoncer in extremis au vote qui était prévu le 11 décembre dernier à la Chambre des Communes et s'est engagée à demander "des assurances juridiques et politiques" à l'UE. Elle a survécu le lendemain à un vote de défiance interne, mais 117 des 317 élus conservateurs se sont prononcés contre elle.

Theresa May, qui semble proche d'obtenir le soutien dont elle a besoin, exhorte pourtant les parlementaires à ne pas laisser tomber les Britanniques qui se sont prononcés en faveur du Brexit. La date du Brexit est fixée au 29 mars prochain.

Révoquer l'article 50

Une proposition de loi visant à révoquer l'article 50 du Traité européen invoqué par Theresa May pour engager le Brexit va être déposée devant la Chambre des communes afin d'empêcher un divorce sans accord entre Londres et Bruxelles, a affirmé ce dimanche Vince Cable, le leader des libéraux démocrates britanniques.

"C'est exactement ce qui va se passer et c'est exactement ce que nous devons faire parce qu'il serait absolument indigne et impardonnable de permettre la situation chaotique d'une absence d'accord", a-t-il dit. "Je pense que le Parlement va reprendre le contrôle de cette procédure et va vouloir chercher l'option d'un 'non-Brexit'", a-t-il ajouté sur la télévision de la BBC.

Citant des sources gouvernementales, le Sunday Times indique que des députés frondeurs envisageaient de reprendre le contrôle de l'agenda parlementaire afin d'obtenir une suspension ou un report du Brexit.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect