La pollution de l'air tue plus que le tabac

En Belgique, la pollution de l'air a tué 126 personnes par 100.000 habitants en 2015. ©Photo News

En Europe, les particules fines tuent près de 800.000 personnes par an. À l'échelle mondiale, la mortalité due à la pollution de l'air est près de deux fois supérieure à ce qu'on estimait jusqu'ici, selon une étude publiée par l'European Society of Cardiology.

L'impact de la pollution de l'air sur la santé a été lourdement sous-estimé, selon les résultats d'une étude publiée dans l'European Heart Journal, de la Société européenne de cardiologie. L'équipe de chercheurs, qui allie chimistes et cardiologues, a utilisé une nouvelle méthode de modélisation pour évaluer l'impact des interactions chimiques dans l'atmosphère sur les taux de mortalité. Elle estime que sur le continent européen, la pollution atmosphérique cause 790.000 décès supplémentaires - dont une grande partie par des maladies cardiovasculaires, comme les arrêts cardiaques et les accidents vasculaires cérébraux (AVC).

"Une grande base de donnée, devenue accessible récemment et basée sur plus de 40 études épidémiologiques dans 16 pays, nous a offert une meilleure base pour les études d'impact sur la santé liées à la pollution de l'air."
Jos Lelieveld
Professeur à l'institut Max Planck pour la Chimie

Les chiffres portent sur l'année 2015 et se concentrent sur les particules fines (PM2.5) et l'ozone (O3). Or pour la même période, l'Agence européenne de l'environnement évaluait l'an dernier le nombre de décès prématurés causés par ces deux polluants en Europe à moins de 450.000. De nouvelles données ont permis une évaluation plus précise, explique Jos Lelieveld, professeur à l'institut Max-Planck pour la Chimie de Mayence: "L'AEE n'avait pas la base de donnée épidémiologique que nous avons utilisée: devenue accessible récemment et basée sur plus de 40 études épidémiologiques dans 16 pays, elle nous a offert une meilleure base pour les études d'impact sur la santé liée à la pollution de l'air."

Deux ans de vie en moins

En Europe, estiment les chercheurs, chaque décès supplémentaire causé par la pollution de l'air représente en moyenne une réduction de l'espérance de vie de 2,2 ans. Selon ces nouveaux chiffres, sur 100.000 Belges, 126 meurent prématurément chaque année en raison de la pollution de l'air. Un chiffre supérieur à la moyenne mondiale (120) mais légèrement inférieur à la moyenne dans l'Union européenne (129), alors que les taux de mortalité liés à la qualité de l'air sont particulièrement importants dans les pays d'Europe de l'Est en raison de soins de santé moins performants.

À l'échelle mondiale, le nombre de décès supplémentaires a atteint 8,8 millions, toujours pour l'année 2015. C'est près de deux fois ce qui était estimé jusqu'ici - en juillet dernier, une étude publiée dans The Lancet estimait le nombre de morts à 4,5 millions. "Cela signifie que la pollution de l'air fait plus de morts par an que le fait de fumer du tabac", souligne Thomas Münzel, professeur à l'université de Mayence (Allemagne) et co-auteur de l'étude. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) évalue en effet à 7,2 millions le nombre de victimes du tabac en 2015.

Énergies renouvelables

Les auteurs de l'étude concluent que les gouvernements et agences internationales devraient prendre des mesures urgentes pour réduire la pollution de l'air, notamment en révisant à la baisse les seuils de pollution qu'ils considèrent comme acceptables. L'Union européenne a défini le seuil limite de 25 microgrammes de PM2.5 par mètre cube, alors que l'OMS recommande 10 μg/m3 : pour ces chercheurs, l'Union devrait s'aligner sur la norme OMS, comme le font déjà les États-Unis, le Canada, l'Australie notamment. Les résultats impliquent aussi selon eux que "remplacer les combustibles fossiles par des sources d'énergie propre, renouvelable, pourrait réduire substantiellement la perte d'espérance de vie liée à la pollution de l'air". Appliquer l'accord de Paris sur le climat permettrait de réduire la mortalité liée à la pollution de l'air de 55%, indiquent-ils.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect