La stratégie "plastique propre" de l'UE créerait 200.000 jobs

Poivrons emballés dans du plastique (ici dans un magasin Asda). ©AFP

La Commission européenne veut que tous les emballages en plastique mis sur le marché soient recyclables d’ici 2030. Les capacités de tri et de recyclage devront avoir quadruplé d’ici là, ce qui devrait créer 200.000 emplois, estime la Commission.

Le plastique, c’est toujours chic, à condition qu’il soit propre, nous dit en somme la Commission. L’exécutif européen présentait ce mardi une "stratégie" pour les déchets plastiques qui doit à la fois protéger la planète et doper les industries européennes. Le business model n’a rien d’innovant: au lieu de brûler les déchets d’emballage, on les recycle. Mais sa mise en œuvre traîne à l’échelle de l’Union, et la Commission veut que cela change. La Chine vient de fermer son marché à l’importation de déchets plastiques: plutôt que de chercher d’autres acheteurs d’emballages usagés, l’Union doit développer son propre marché du recyclage, estime-t-on au Berlaymont.

"On n’a pas encore trouvé un moyen d’introduire une taxe européenne sur le plastique."
Jyrki Katainen
Vice-président de la Commission européenne

La Commission se donne donc des objectifs – qui doivent encore être versés dans des propositions législatives. En 2030, tous les emballages en plastique mis sur le marché européen devront être recyclables. Et 55% des emballages devraient être recyclés. Pour y parvenir, l’industrie du tri et du recyclage devra avoir quadruplé par rapport à 2015, créant 200.000 nouveaux emplois à travers l’Union.

Objectif 100%

Les Européens génèrent 25,8 millions de tonnes de déchets plastiques par an, mais 6% seulement sont du plastique recyclé. Moins du tiers de la masse de déchets est collecté en vue d’un recyclage (souvent hors de l’UE). Le reste est mis en décharge (31%) ou incinéré (39%). Mais c’est sans compter les quantités de plastique qui se retrouvent dans la nature: chaque année, l’Europe déverse au moins 150.000 tonnes de plastiques dans ses océans et au minimum 75.000 tonnes de microplastiques dans l’environnement.

150.000 tonnes
Plastique
L'Europe déverse chaque année 150.000 tonnes de plastique dans les océans.

En plus d’être nocif pour l’environnement, ce modèle prive l’Union d’une ressource économique, souligne la Commission. Elle cite une étude de la fondation Ellen McArthur selon laquelle 70 à 105 milliards d’euros seraient perdus chaque année en abandonnant cette matière première.

L’Association européenne des fabricants de plastiques a salué l’approche de la Commission. Elle s’est fixé l’objectif de 60% de réutilisation et recyclage des emballages en plastique pour 2030. "Cela va aider à atteindre notre objectif de 100% de réutilisation, recyclage et/ou valorisation de tous les emballages en plastique au niveau européen pour 2040", a indiqué le directeur de PlasticsEurope, Karl Foerster, dans un communiqué. L’industrie européenne du plastique est responsable de 18% de la production mondiale, pour un chiffre d’affaires de 350 milliards en 2015.

Pas encore de taxe

Les propositions législatives doivent être mises sur la table en mai prochain. La Commission entend s’attaquer à l’utilisation "intentionnelle" de micro-plastiques, dans les produits cosmétiques par exemple. Et elle veut faire avancer la recherche sur la manière de diminuer l’émission "non intentionnelle" de ces particules, qui émanent notamment des textiles, pneus ou peintures. Elle entend aussi donner un coup d’accélérateur à la recherche en matière de développement de plastiques "plus intelligents et plus recyclables", en y injectant 100 millions d’euros supplémentaires. Et veut réduire les déchargements de déchets en mer de 300.000 tonnes par an.

Pas de nouvelles par contre d’une éventuelle taxe européenne sur les plastiques. La semaine dernière, le commissaire au Budget Günther Oettinger avait dit étudier la mise en place d’une telle taxe pour alimenter les caisses de l’Union. "On n’a pas encore trouvé un moyen d’introduire une taxe européenne sur le plastique", a tempéré mardi Jyrki Katainen, soulignant au passage que "plus la stratégie plastique fonctionne bien, moins on collecte d’argent".

 

N.B. Cet article a été modifié le 17 janvier pour corriger une imprécision : l'objectif de PlasticsEurope pour 2030 est bien 60% de recyclage et de réutilisation (non pas seulement de recyclage). 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect