Le Portugal cherche la croissance sans austérité

Le Premier ministre portugais Antonio Costa. ©BELGA

Le jeune gouvernement socialiste portugais planche sur un projet de budget censé relancer l'économie tout en pensant les plaies de l'austérité budgétaire antérieure.

Le Premier ministre socialiste du Portugal Antonio Costa présentera "dans les prochaines semaines" un projet de budget 2016 pour "relancer l'économie" tout en réparant les "fractures sociales de l'austérité", a-t-il annoncé samedi.

"Dans le budget pour 2016, que nous présenterons dans les prochaines semaines, nous montrerons qu'il est possible de mettre un terme à l'appauvrissement des Portugais (...) tout en gardant des finances publiques équilibrées", écrit-il dans une tribune publiée dans le quotidien Diario de Noticias.

Appelant à réparer "les fractures sociales de l'austérité", le Premier ministre portugais cite notamment l'augmentation du salaire minimum, passé à 530 euros mensuels au premier janvier, la diminution progressive de coupes dans les salaires des fonctionnaires ou encore l'augmentation annoncée des retraites et des allocations familiales.

"L'amélioration du revenu des familles est essentielle à l'amélioration de l'activité économique et à la création d'emplois", estime M. Costa, ajoutant que "la mise en place de bonnes conditions d'investissement pour les entreprises" était le second pilier de sa politique économique.

Le précédent gouvernement de droite de Pedro Passos Coelho avait été reconduit lors des législatives du 4 octobre après quatre ans d'austérité, avant d'être évincé début novembre au Parlement par une alliance inédite de la gauche portugaise.

Le gouvernement socialiste qui a pris sa place, soutenu par le Bloc de gauche, proche de Syriza en Grèce, et par le Parti communiste, a promis d'assouplir l'austérité tout en respectant les règles budgétaires européennes.

"Depuis quatre ans, l'idée que l'austérité était la seule solution dominait. Ce gouvernement et cette majorité parlementaire ont déjà prouvé qu'il était possible de gouverner différemment", affirme M. Costa.

En attendant l'adoption du budget pour 2016, retardée en raison des élections législatives, l'Etat portugais fonctionnera grâce au report, mois par mois, du budget de 2015.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés