epinglé

Le "shopping social" de McDo au pilori du Parlement européen

©EPA

McDo n’a pas attendu la saison des courses de Noël pour faire du lèche-vitrines dans le supermarché de l’Europe. Comme beaucoup d’autres mastodontes pétris de bonnes intentions, la plus célèbre des chaînes de fast-food est bien sûr pointée du doigt pour ses pratiques fiscales présumées.

En février 2015, plusieurs syndicats paneuropéens ont accusé Mc Donald's d’avoir fait perdre aux trésors publics européens plus d’un milliard d’euros de recettes en cinq ans. Pour avoir le fin mot de l’histoire, on repassera. Mais Margrethe Vestager, la commissaire qui a réclamé 13 milliards de dollars à Apple, a prévenu que Ronald est "dans le pipeline".

Mais ce mardi, c’est pour ses pratiques sociales que des syndicats européens ont décidé de faire un tir groupé pour clouer l’enseigne américaine au pilori. Le Parlement européen étudie trois pétitions, déposées simultanément par des syndicats qui reprochent à McDo d’exploiter des législations nationales à géométrie variable pour contrevenir aux droits des travailleurs.

©Hilz, Peter/Hollandse Hoogte

Commençons près de chez nous. Pour la FGTB, l’enseigne abuse de sa capacité à employer du personnel à temps partiel et l’utilise pour éviter des plaintes sur les conditions de travail. Elle demande à l’Europe de mettre en place des garde-fous pour que les travailleurs puissent se défendre et être représentés. La Commission européenne s’est déjà penchée sur la question et a indiqué son intention de "contacter les autorités belges" pour s’assurer que le statut des flexi-jobs n’est pas discriminant.

En France, la CGT reproche à McDonald’s un système de franchises qui permet de morceler artificiellement une société pour empêcher toute représentation syndicale.

Et au Royaume-Uni, le syndicat de l’alimentation BFAWU s’en prend aux "abus de contrats à zéro heure" par l’enseigne, dont les travailleurs n’ont pas de nombre garanti d’heures de travail et doivent être disponibles tout le temps. Ces attaques sont-elles justifiées? En attendant que la Commission européenne ne donne son avis, McDonald’s Europe n’a pas donné suite à notre demande de réaction.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content