Les digues de nos voisins contre la troisième vague

Mouvement d'occupation des lieux culturels en France: cette pancarte dans le Théâtre national de Nice interpelle la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, elle-même hospitalisée après avoir contracté le Covid. ©Photo News

Pays-Bas, France, Allemagne ont tous annoncé un durcissement ou une prolongation des mesures. Mais Angela Merkel a fait un pas en arrière face au tollé.

Pendant que la Belgique annonce un durcissement des mesures dans les écoles et les commerces, les pays voisins renforcent ou prolongent également des restrictions pour lutter contre la troisième vague du virus alors que tarde le déploiement des vaccins.

Merkel fait marche arrière

Mardi, Berlin avait annoncé la mise de l'Allemagne sous confinement strict du 1er au 5 avril, la fermeture des commerces et l'interdiction des offices religieux en présentiel. Face au tollé, la chancelière Angela Merkel a opéré une marche arrière délicate mercredi. Sans renier l'idée d'un renforcement des mesures pour arrêter la progression de la troisième vague,  elle a estimé qu'il n'était finalement pas possible de mettre de telles mesures en œuvre aussi rapidement. "Cette erreur est la mienne seule", a-t-elle indiqué, avant de demander pardon aux citoyens allemands.

"Cette erreur est la mienne seule."
Angela Merkel
Chancelière fédérale d'Allemagne

Les restrictions en vigueur depuis fin 2020 sont par contre prolongées jusqu'au 18 avril et l'exécutif fédéral envisage une interdiction de certains voyages hors du territoire national. En Allemagne, des restrictions de la bulle sociale sont en place, ainsi que des fermetures partielles des crèches, des établissements d'enseignement primaire, secondaire et supérieur; le télétravail est obligatoire, ainsi que le port du masque dans l'espace public et dans certains espaces clos. Les rassemblements de masse sont interdits depuis novembre, les salles de spectacle sont fermées, tout comme les centres sportifs, les restaurants et les cafés, et certains commerces dits "non essentiels".

Macron envisage un pas de plus

En France, depuis samedi, seize départements français sont soumis à de nouvelles restrictions: fermetures de commerces et limitation des déplacements à 10 km notamment. Une semaine après l'annonce de ces nouvelles mesures, le gouvernement français planche sur une extension des restrictions à de nouvelles régions – dans l'est et le sud du pays –, tout en indiquant vouloir éviter un troisième confinement national. Comme en Allemagne, l'exécutif évoque en outre la possibilité de limiter les voyages à l'étranger.

La France a mis en place des mesures de restriction de la bulle sociale, de confinement dans certaines régions, de fermeture partielle de l'enseignement supérieur, de télétravail, d'obligation du port du masque dans l'espace public et dans les espaces clos, d'interdiction des rassemblements de masse, de fermeture des salles de spectacle, centres sportifs, restaurants et cafés, et de certains commerces.

Les prolongations de Rutte

Vu l'augmentation des infections et des admissions dans les hôpitaux, le gouvernement néerlandais a étendu de trois semaines les mesures de restriction en place – jusqu'au 20 avril. Lors de cette annonce, mardi, le Premier ministre n'a mentionné qu'un léger changement: avec l'arrivée de l'heure d'été, le couvre-feu est retardé d'une heure (à 22h). Son instauration avait donné lieu à des émeutes dans plusieurs villes du pays en janvier. "Pour le reste, rien ne change", a indiqué Mark Rutte.

"Pour le reste, rien ne change."
Mark Rutte
Premier ministre néerlandais

Le gouvernement a mis en place des restrictions sur les réunions privées, interdit les cours en présentiel dans l'enseignement supérieur et les limite dans le secondaire; il impose le télétravail et des adaptations des espaces de travail. Le port du masque est obligatoire dans l'espace public depuis décembre. Les salles de spectacle sont fermées, de même que les établissements horeca. Des restrictions ont été mises en place pour les salles de sport et commerces non essentiels et les rassemblements de masse sont interdits depuis novembre.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés