Macron perd sa majorité absolue à l'Assemblée nationale

Le parti macroniste, La République en Marche, a perdu sa majorité absolue à l'Assemblée nationale. ©Photo News

L'aile gauche de La République en Marche (LREM), le parti au pouvoir en France, vient de créer un nouveau groupe à l'Assemblée nationale. Un caillou dans la chaussure du président, Emmanuel Macron, qui appelle à la fin des clivages dans la société post-Covid.

Petite révolution au Palais Bourbon. Ce mardi 19 mai, un neuvième groupe politique composé pour l'heure de 17 députés a officiellement été créé à l'Assemblée nationale française. Baptisé "Ecologie Démocratie Solidarité", ce dernier serait "indépendant", "ni dans la majorité, ni dans l'opposition", selon ses fondateurs. "Nous sommes à un moment de bascule historique et les décisions à venir vont être structurantes", a déclaré lors de la conférence de presse organisée mardi matin la députée Paula Forteza, qui coprésidera ce nouveau groupe parlementaire aux côtés de Matthieu Orphelin, un proche de l'écologiste Nicolas Hulot. Dans un document, les élus ont égrené leurs "15 premières priorités", allant d'"un plan de réindustrialisation pour une souveraineté et une autonomie retrouvées" à une "réelle transparence de la vie publique" en passant par la création d'un revenu universel dès 18 ans ou la taxation temporaire du patrimoine.

Au rang de la majorité présidentielle, la création de ce nouveau groupe fait grincer des dents. À raison, puisque sous des dehors dérisoires, elle lui fait tout de même perdre 7 de ses membres ou apparentés, le faisant tomber pour l'heure à 288 députés, juste sous le seuil de la majorité absolue (289 sièges) qu'il détenait jusqu'alors. Alors certes, les macronistes peuvent encore compter sur deux alliés parmi les centristes, les 46 députés du MoDem de François Bayrou et une dizaine d'élus Agir. Néanmoins, d'autres députés pourraient rejoindre ce refuge de l'aile gauche si l'on en croit les "frondeurs". Une cinquantaine auraient d'ailleurs été tentés de le faire, murmure-t-on dans les coulisses de l'Assemblée, avant d'en être dissuadés par la majorité.

Macron pour "une France unie"

Symbolique ou pas, il est sans doute trop tôt pour le dire. Une chose est sûre, ces tiraillements idéologiques font mauvaise figure à l'heure où Emmanuel Macron appelle de ses vœux "une France unie" pour bâtir la société post-Covid. "S’il doit y avoir un dernier pour défendre la République, son unité, c’est moi", a-t-il insisté dans un documentaire de BFM TV, diffusé lundi, sur l'Élysée en temps de crise.

Après avoir remisé au placard les réformes phares de son début de mandat – retraite à points, assurance chômage, etc. – le président français est tenté de remettre les compteurs à zéro en vue de l'élection présidentielle de 2022. Il consulte d'ailleurs beaucoup, y compris auprès d'autres bords politiques, en témoignent ses récents échanges avec l'ex-président Nicolas Sarkozy. Et s'active tout particulièrement sur l'enjeu de la souveraineté économique. Lors d'une réunion avec des économistes la semaine dernière, il les a enjoints à réfléchir à des pistes de relocalisation de certaines productions.

Toutes les options sur la table

Emmanuel Macron s'est également engagé à "tirer toutes les conséquences de la crise", y compris au plan politique. "La Constitution prévoit trois possibilités: un remaniement du gouvernement, la démission du Premier ministre (Édouard Philippe) ou la dissolution de l’Assemblée nationale. Toutes les options sont sur la table", dévoilait un de ses conseillers dans Le Monde. En attendant, un autre point délicat se profile pour le gouvernement: le second tour des municipales (entamées avant le confinement) pourra-t-il se tenir fin juin? Ce mardi, le conseil scientifique a indiqué qu'il ne s'y opposait pas. À condition toutefois que de nombreuses mesures soient prises et qu'une réévaluation sanitaire soit réalisée 15 jours auparavant. Il revient désormais à l'exécutif de trancher. À cette fin, les chefs de partis ont été conviés mercredi à Matignon en vue de fixer une date.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés