Troisième soir de manifestations en Roumanie

©REUTERS

Ils sont des millliers, ils protestent contre le gouvernement de gauche, et il sont descendus dans la rue dimanche soir à Bucarest pour la troisième soirée consécutive.

Le Parquet militaire roumain annonce avoir ouvert une enquête sur les violences commises contre des manifestants descendus vendredi dans les rues de Bucarest pour exiger la démission du gouvernement, marche. Durant cette marche, plus de 450 personnes ont été blessées. Dimanche, ils étaient encore des milliers de Roumains à descendre dans les rues de Bucarest pour la troisième soirée consécutive.

Chantant l'hymne national et agitant des drapeaux de la Roumanie, les manifestants, beaucoup moins nombreux que les deux nuits précédentes -ils avaient alors été des dizaines de milliers-, se sont à nouveau rassemblés place de la Victoire, en face du siège du gouvernement.

Nombre d'entre eux ont à nouveau accusé le gouvernement de corruption et réclamé sa démission.

"Tous les jours après le travail, j'ai envie de venir ici. Je suis chercheuse et, la semaine dernière, j'ai découvert que l'on nous avait coupé les fonds. Je suis très déterminée. Il (le gouvernement) ne peut nous ignorer pour toujours", explique Teona Deftu, présente dans le rassemblement de dimanche.

Vendredi, les manifestants avaient été environ 80.000 à demander la démission du gouvernement social-démocrate de Viorica Dancila, l'accusant de "corruption" et de vouloir "contrôler la justice".

Plus de 450 personnes ont été blessées pendant cette manifestation qui a dégénéré, dont une trentaine de gendarmes. Plusieurs dizaines ont tenté de rompre le cordon policier, jetant des pierres et de bouteilles d'eau en direction des forces de l'ordre. Ces dernières ont riposté en ayant recours à du gaz lacrymogène avant d'utiliser un canon à eau pour évacuer la place.

Le président roumain de centre droit Klaus Iohannis, en conflit ouvert avec la majorité parlementaire de gauche, a fustigé "l'intervention brutale et disproportionnée" des forces de l'ordre et demandé au parquet général d'ouvrir une enquête.

Il a reproché dans la foulée au gouvernement d'"oeuvrer contre les intérêts des citoyens", accusant les responsables du parti social-démocrate (PSD, au pouvoir) de "mener le pays vers le chaos et le désordre".

Mise directement en cause, la ministre de l'Intérieur Carmen Dan a assuré que les gendarmes avaient agi en respectant la loi pour "défendre les institutions de l'Etat".

La Roumanie est le théâtre de manifestations régulières depuis un an et demi, avec un pic d'un demi-million de personnes dans la rue en février 2017.

Depuis son retour au pouvoir fin 2016, le PSD a entamé une vaste réforme de la justice qui menace l'indépendance des magistrats et vise à permettre à des responsables politiques d'échapper aux poursuites, selon ses détracteurs.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content