Tsipras et son gouvernement sur la sellette

©EPA

Le Premier ministre Alexis Tsipras a demandé au parlement grec de procéder "immédiatement" à un vote de confiance à son gouvernement, après la démission de son ministre de la Défense. Au centre de l'affaire, le changement de nom de la Macédoine.

Le ministre grec de la Défense et principal allié dans la coalition gouvernementale d'Alexis Tsipras, Panos Kammenos, a annoncé sa démission ce dimanche, avant le prochain vote parlementaire sur le nouveau nom de la Macédoine, auquel il est fermement opposé. "La question macédonienne ne me permet pas de ne pas sacrifier mon poste de ministre", a-t-il déclaré, annonçant le "retrait du gouvernement" des membres de son parti, dans une déclaration en direct devant les caméras.

Chef du petit parti souverainiste ANEL, Panos Kammenos apporte habituellement sept suffrages au Premier ministre grec pour les votes au parlement. Cette défection pourrait déstabiliser la coalition gouvernementale avant les élections législatives prévues en octobre mais qui pourraient être avancées à mai pour coïncider avec les Européennes.

Alexis Tsipras a déclaré qu'il acceptait la démission de son ministre de la Défense et a fait part de son intention de demander un vote de confiance au Parlement. Les Grecs indépendants ont annoncé qu'ils voteraient pas cette confiance au chef du gouvernement.

"Nous allons immédiatement procéder au renouvellement de la confiance à notre gouvernement (par un vote) au parlement, afin de résoudre les principaux dossiers de notre pays"
Alexis Tsipras
Premier ministre grec

La coalition que dirige Alexis Tsipras compte 153 membres sur 300 élus, dont 145 appartiennent à son parti Syriza (gauche). Selon l'agence de presse ANA (semi-officielle), les débats sur un vote de confiance pourraient commencer dès mardi et s'achever jeudi.

La question macédonienne

Pour mémoire, la question est particulièrement sensible en Grèce puisque le ministre des Affaires étrangères Nikos Kotzias, architecte de l'accord, avait démissionné en octobre, affirmant ne pas bénéficier d'un soutien suffisant de Tsipras dans les mauvaises relations qu'il entretenait avec Kammenos.

Le Parlement macédonien a ratifié vendredi le changement de nom du pays qui est devenu la République de Macédoine du Nord conformément à un accord conclu en juin dernier avec le Premier ministre grec. Athènes demandait ce changement de nom en revendiquant que le terme de Macédoine ne pouvait désigner que la province située dans le nord de la Grèce.

Mais ce changement de nom ne pourra devenir effectif que si l'accord est également ratifié par le Parlement grec. Le vote à Athènes devrait intervenir "dans les dix jours", selon Alexis Tsipras. Le parti Nouvelle démocratie, principale formation de l'opposition, a annoncé qu'il se prononcerait contre. Le Premier ministre grec espère malgré tout s'appuyer sur les voix du centre gauche et les députés indépendants.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect