Des membres de la BCE ont évoqué une baisse de taux

La Banque centrale européenne a sans surprise laissé inchangés ses taux d'intérêt, tout en repoussant la date d'une éventuelle hausse. Elle a aussi détaillé ses nouveaux prêts géants aux banques, alors que les perspectives de croissance et d'inflation s'assombrissent.
  • Fin de la conférence de presse

    Les principaux extraits de la conférence:

    SURVEILLANCE DES MÉCANISMES DE TRANSMISSION

    "La contribution positive des taux d'intérêt négatifs à l'orientation accommodante de la politique monétaire et la convergence durable de l'inflation ne sont pas affaiblies par les possibles effets indésirables sur l'intermédiation bancaire. "Cependant, nous continuons à surveiller attentivement les canaux de transmission bancaires de la politique monétaire et l'opportunité de mesures d'atténuation."

    VENTS CONTRAIRES

    "En dépit des données meilleures que prévu pour le premier trimestre, les informations les plus récentes indiquent que les vents contraires à l'international continuent de peser sur les perspectives de la zone euro. Les incertitudes géopolitiques, les menaces croissantes de protectionnisme et les vulnérabilités dans les marchés émergents marquent le sentiment économique de leur empreinte."

    TAUX DES TLTRO III

    "Le taux de chaque opération TLTRO-III sera supérieur de 10 points de base au taux moyen appliqué aux opérations de refinancement principales sur la durée de chaque opération de TLTRO, et aussi bas que le taux moyen de la facilité de dépôt plus 10 points de base pour les banques dépassant un certain seuil de prêt."

    LES TAUX RESTENT INCHANGÉS

    "Nous avons décidé de maintenir les taux d'intérêt inchangés et nous nous attendons à ce qu'ils demeurent à leurs niveaux actuels au mois jusqu'à la fin du premier semestre 2020."

  • Des membres de la BCE ont évoqué une baisse de taux, voire un nouveau QE

  • "Les données économiques restent bonnes"

    S'il accuse le regain de protectionnisme qui a poussé la BCE à prolonger la période de taux bas jusqu'au premier semestre 2020, Mario Draghi souligne que les données économiques restent plutôt bonnes en zone euro. Ce qui explique pourquoi elle ne touche pas à ses taux.

  • Les modalités des nouveaux TLTRO

    La Banque centrale européenne a détaillé son nouveau programme de prêts géants aux banques annoncé en mars. ces prêts seront lancés à raison de sept vagues entre septembre prochain et mars 2021, avec, à chaque fois, une échéance de deux ans.

    L'institut a indiqué que chaque prêt serait accordé au taux "supérieur de 10 points de base" à la moyenne des taux appliqués lors d'opérations classiques de refinancement, actuellement à 0%. Pour les banques qui distribueront une large quantité de crédits dans l'économie, ce taux pourra même descendre jusqu'au taux d'intérêt moyen sur les dépôts majoré de 10 points de base, soit -0,30%.

    Il s'agissait de trouver un équilibre entre des prêts suffisamment avantageux pour stimuler la distribution de crédit, mais sans rendre les banques les plus fragiles - italiennes en particulier - dépendantes de ces liquidités bon marché.

  • La tant attendue conférence de Mario Draghi

    Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, doit prendre la parole vers 14h30 pour expliquer les dernières décisions de l'institution monétaire. Vous pouvez suivre en direct sa conférence de presse dans la box ci-dessous:

    La conférence de presse de Mario Draghi en direct

  • Statu quo de la BCE

    La Banque centrale européenne a maintenu ses taux directeurs au plus bas et n'y touchera pas avant "la fin du premier semestre 2020", une échéance repoussée de six mois par rapport à sa dernière réunion d'avril.

    Le principal taux de refinancement a été maintenu à zéro tandis que les banques vont continuer à payer auprès de la BCE un intérêt négatif de 0,40% pour les liquidités dont elles n'ont pas l'utilité immédiate.

  • Suivez en direct la réaction des marchés

    La Banque centrale européenne et son président Mario Draghi parviendront-ils à rassurer les investisseurs en adoptant un ton plus accommodant? 

    → Pour suivre en direct la réaction des marchés financiers, venez jeter un coup d'oeil à notre "Market Live"

  • Le marché monétaire situe à 50% la possibilité d'une baisse des taux en 2019

    Les marchés monétaires intègrent désormais une probabilité de 50% d'une baisse de taux de 10 points de base dans la zone euro d'ici la fin de l'année, d'après les cours des futures. Les anticipations croissantes d'une baisse des taux de la Banque centrale européenne (BCE) interviennent sur fond de ralentissement de l'économie mondiale en réaction aux tensions commerciales.

    Les futures sur les taux au jour le jour Eonia à l'horizon de la réunion de décembre de la BCE intègrent une baisse de taux d'environ cinq points de base, contre quatre pdb la semaine dernière. Selon des analystes, cela revient à dire que le marché situe à 50% la possibilité d'une baisse de 10 points de base du taux de la facilité de dépôt de la BCE d'ici la fin de l'année. Ce taux est actuellement de -0,40%.

  • Une BCE encore plus accommodante?

    "Nous nous attendons à ce que la Banque centrale européenne adopte un ton très 'dovish' et procède à une révision significative des ses prévisions économiques. Elle pourrait encore repousser dans le temps la date de remontée de ses taux directeurs actuellement prévue début 2020 et pourrait également laisser la porte ouverte à une éventuelle reprise de ses achats de titres si la situation économique l'exigeait."
    Eric Bourguignon
    membre du directoire de Swiss Life Asset Managers

  • Le FMI juge l'euro sous-évalué, le soutien de la BCE nécessaire

    La Banque centrale européenne (BCE) doit maintenir une politique monétaire accommodante, estime le Fonds monétaire international (FMI) d'après un document consulté par Reuters qui donne une idée du contenu du rapport qui sera présenté aux ministres des Finances de la zone euro la semaine prochaine.

    Le FMI entend aussi réitérer ses appels à l'Allemagne et aux autres pays de la zone euro affichant des excédents pour qu'ils accroissent leurs dépenses, indique le document. L'Italie et les autres pays les plus endettés doivent pour leur part mettre en oeuvre des réformes structurelles afin de se donner plus de marges de manoeuvre budgétaires, est-il encore indiqué.

    Ces politiques soutiendraient l'euro  , que le FMI juge légèrement sous-évalué.

  • Au menu du jour

    Bonjour et bienvenue dans ce direct!

    Au menu: la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne, qui se tient à Vilnius, en Lituanie. La BCE doit communiquer à 13h45. Une conférence de presse suivra à 14h30.

    Qu'attendre de cette réunion?

     La BCE devrait détailler des nouveaux prêts géants aux banques sans exclure de lancer d'autres mesures de soutien à l'économie.

    Et pour cause: les inquiétudes sont nombreuses, qu'elles se situent du côté des tensions commerciales Etats-Unis/Chine ou du bras de fer qui s'engage entre l'Italie et l'UE. Sans parler du Brexit, toujours pas réglé, et de la succession de Theresa May, qui semble promise à un Brexiter dur. L'inflation dans la zone euro a elle fortement reculé en mai, à 1,2% contre 1,7% en avril, sur fond de baisse sensible des prix du pétrole sur un mois.

    "Le risque de désancrage des perspectives d'inflation a augmenté", s'inquiète Eric Dor, directeur des études économiques à l'IESEG School of Management de Lille. "Des mesures monétaires audacieuses" paraissent donc "nécessaires", estime de son côté Erik Nielsen, chef économiste chez UniCredit.

    Mais l'équation devient complexe tant la BCE a puisé dans son arsenal depuis 2014, descendant le coût du crédit tout en rachetant massivement de la dette privée et publique. Dans l'immédiat, l'institution devrait maintenir ses taux au plus bas tout en détaillant les conditions financières de sa prochaine salve de prêts géants aux banques, baptisés "TLTRO". 

    Pour se décider, l'institution disposera ce jeudi de nouvelles projections d'inflation et de croissance qui devraient rester prudentes, à l'instar de celles publiées mardi par la Banque mondiale.

    ©REUTERS

Plus sur Les Marchés

Echo Connect