Et si on sanctionnait les licenciements collectifs injustifiés

©BELGA

Les eurodéputés demandent à la Commissaire aux Affaires sociales, Marianne Thyssen, de voir si une adaptation de la législation sur les licenciements collectifs ne serait pas opportune.

Les entreprises qui procèdent à un licenciement collectif sans réelle base économique doivent être sanctionnées financièrement, estime le Parlement européen, qui demande à la Commission européenne d'examiner la possibilité d'adapter la législation sur les licenciements collectifs.

Les licenciements annoncés chez Caterpillar à Gosselies et chez Alstom à Belfort (France) ont mobilisé les eurodéputés. Après avoir débattu le mois dernier de la nécessité d'une politique européenne industrielle, les groupes politiques ont rassemblé leurs conclusions dans une résolution commune.

Dans ce texte approuvé à une large majorité, les eurodéputés regrettent "la financiarisation progressive de l'économie réelle, qui est focalisée sur des résultats financiers à court terme". Ils demandent à la Commission, et plus spécifiquement à la commissaire aux Affaires sociales Marianne Thyssen (CD&V), de vérifier avec les partenaires sociaux si la législation sur les licenciements collectifs doit être revue.

Le Parlement fait aussi une suggestion à Marianne Thyssen. Sur proposition de Marie Arena (PS), Kathleen Van Brempt (sp.a) et Bart Staes (Groen), il suggère des mesures permettant d'éviter les licenciements collectifs, comme des sanctions financières. Les entreprises qui licencieraient pour augmenter leurs profits pourraient ainsi être privées d'accès aux programmes européens ou devoir rembourser des aides publiques.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content