Face à la taxe Gafa, Washington veut surtaxer le champagne

Le gouvernement américain menace de surtaxer 2,4 milliards de dollars de produits français, dont le champagne. Le vin traditionnel semble, pour l'heure, épargné. ©REUTERS

Champagne, fromage, cosmétique, maroquinerie... L'équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français seront bientôt surtaxés aux États-Unis. Washington entend ainsi répondre à la taxe décidée par le parlement français sur les entreprises numériques. Paris déplore des menaces américaines "inacceptables".

"Mon message est clair: nous n'abandonnerons jamais, jamais, jamais, cette volonté juste de taxer les géants du numérique". Bruno Le Maire, ministre français de l'Économie, a réitéré lundi son message à destination des géants américains du numérique.

3
pour cent
La taxe Gafa impose les géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d'affaires qu'ils réalisent en France.

Quelques heures plus tard, Washington réagissait en brandissant la volonté "de lutter contre le protectionnisme des États". Le gouvernement américain menace ainsi de surtaxer 2,4 milliards de dollars de produits français (champagne, fromage, yaourt, cosmétique, maroquinerie...) avec des taxes pouvant aller jusqu'à 100%.

L'administration Trump semble, pour l'heure, épargner le vin traditionnel, un des produits d'exportation tricolore les plus emblématiques, par ailleurs déjà sous le coup de représailles américaines dans un autre litige commercial sur des subventions européennes à Airbus.

Paris prépare la riposte 

Côté français, ce mardi, on monte également dans les tours. Le ministre Bruno Le Maire promet "forte" riposte européenne en cas de sanctions américaines. Il met aussi en garde les Américains contre les conséquences économiques d'un tel engrenage.

Sur les marchés, les valeurs françaises du luxe sont pénalisées par les menaces américaines. A 9h40, le numéro un du secteur du luxe LVMH  , lanterne rouge du CAC 40, perd -1,53%, suivi de près par Hermès (-1,38%) et Kering (-1,44%) Le géant mondial des cosmétiques L'Oréal se stabilise (-0,32%) après avoir cédé jusqu'à 1,3% dans les premières minutes d'échanges.   

Un "fardeau anormal"

Le Bureau du Représentant américain au Commerce (USTR) estime que la "taxe Gafa", adoptée en juillet dernier par le Parlement français, n'est "pas conforme aux principes de politique fiscale internationale et constitue un fardeau anormal pour les entreprises américaines affectées". Il a ouvert une enquête afin de déterminer l'équité des pratiques commerciales franco-américaines.

Ces nouvelles menaces ont été dévoilées à la veille d'une rencontre entre Donald Trump et le président français Emmanuel Macron dans le cadre du sommet de l'Otan. Les deux hommes se rencontreront ce mardi, en début d'après-midi. 

Qu'est-ce que la taxe Gafa?

La taxe Gafa impose les géants du numérique à hauteur de 3% du chiffre d'affaires qu'ils réalisent en France, notamment sur la publicité ciblée en ligne, la vente de données à des fins publicitaires et la mise en relation des internautes par les plateformes.

Cette solution a vocation à n'être que temporaire dans l'attente d'un aboutissement de négociations internationales. Les ministres des Finances du G20, réunis à Washington en octobre, avaient ouvert la voie à des négociations cruciales au sein de l'OCDE sur ce dossier, avec l'objectif de parvenir à un accord mondial d'ici le mois de juin. 

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect