"Il est trop tôt pour crier victoire"

©REUTERS

Pour Mario Draghi, le président de la BCE, si la reprise économique en zone euro devient de plus en plus solide, les pressions inflationnistes sous-jacentes restent, elles, encore contenues.

Il est trop tôt pour que la Banque centrale européenne (BCE) crie victoire concernant sa politique visant à pousser l'inflation en zone euro vers son objectif de près de 2%, a déclaré mercredi son président, Mario Draghi.  

Les pressions inflationnistes sous-jacentes restent contenues et doivent encore faire la preuve d'une tendance haussière convaincante.
Mario Draghi
Président de la BCE

"Les données que nous recevons confirment que la reprise cyclique de l'économie de la zone euro est en train de devenir de plus en plus solide et que les risques baissiers ont encore diminué", a-t-il déclaré lors d'une audition devant le parlement néerlandais.  

"Néanmoins, il est trop tôt pour crier victoire. Les pressions inflationnistes sous-jacentes restent contenues et doivent encore faire la preuve d'une tendance haussière convaincante", a-t-il ajouté, jugeant que le maintien de la politique monétaire actuelle très accommodante restait nécessaire.

Il a également affirmé que les avantages de la politique ultra-accommodante de la BCE compensaient "clairement" ses effets secondaires potentiels.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés