Publicité

Il faut "refonder la zone Euro" dit la France

©AFP

Pour Jacques Delors le système actuel de l'Union européenne et de la zone euro a eu un "vice de construction au départ". François Hollande abonde dans son sens et propose un "gouvernement de la zone euro" muni d'un "budget spécifique".

La France est prête à participer "à une organisation renforcée" de la zone euro et à constituer "avec les pays qui en décideront, une avant-garde", affirme le président français François Hollande dans une tribune publiée par l'hebdomadaire Le Journal du Dimanche.

J'ai proposé de reprendre l'idée de Jacques Delors du gouvernement de la zone euro et d'y ajouter un budget spécifique ainsi qu'un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique"
François Hollande
Président de la République

"La zone euro a su cette semaine réaffirmer sa cohésion avec la Grèce. La qualité de la relation franco-allemande y a été pour beaucoup. L'esprit européen a prévalu", écrit François Hollande dans un dossier du Journal du Dimanche consacré à l'ancien ministre et président de la Commission européenne Jacques Delors, qui fête lundi ses 90 ans.

"Mais nous ne pouvons en rester là. J'ai proposé de reprendre l'idée de Jacques Delors du gouvernement de la zone euro et d'y ajouter un budget spécifique ainsi qu'un Parlement pour en assurer le contrôle démocratique", ajoute le chef de l'Etat.

"Cela ne peut plus durer. Il faut refonder cette Union économique et monétaire. Vont-ils le faire ? Il y a eu un vice de construction au départ. Il y a eu aussi des bêtises et une incapacité de l'eurozone à y mettre fin "
Jacques Delors

"Partager une monnaie, c'est bien plus que vouloir une convergence. C'est un choix que 19 pays ont fait parce que c'était leur intérêt. Nul gouvernement d'ailleurs depuis quinze ans n'a pris la responsabilité d'en sortir", poursuit François Hollande.

"Ce choix appelle une organisation renforcée et avec les pays qui en décideront, une avant-garde. La France y est prête parce que, comme Jacques Delors nous l'a montré, elle se grandit toujours quand elle est à l'initiative de l'Europe", estime-t-il.

L'ancien président de la commission européenne. Jacques Delors fête ses 90 ans lundi. ©PHOTOPQR/OUEST FRANCE

Interrogé dans le même numéro de l'hebdomadaire, Jacques Delors lui-même juge que le système actuel de l'Union européenne et de la zone euro "n'est plus gouvernable". "Cela ne peut plus durer. Il faut refonder cette Union économique et monétaire. Vont-ils le faire ? Il y a eu un vice de construction au départ. Il y a eu aussi des bêtises et une incapacité de l'eurozone à y mettre fin ", analyse Delors.

Selon lui, "dans la situation actuelle, on a évité le pire. Mais l'Europe n'est pas une puissance morale, je dis morale au bon sens du terme. Il faut reconstituer cette puissance morale qui a fait la force de l'Europe en d'autres périodes, comme au moment de la chute du mur de Berlin".

La cote de popularité de François Hollande est stable à 22% de bonnes opinions alors que celle du Premier ministre Manuel Valls rebondit de cinq points à 40% selon un sondage mensuel Ifop pour Le Journal du Dimanche.

Le chef de l'Etat se maintient au même niveau qu'en juin avec 22% d'avis favorables et 77% d'avis défavorables, alors que dans l'observatoire BVA pour Orange et iTELE publié samedi, il gagne cinq points par rapport à début juillet.

L'étude est plus porteuse pour Manuel Valls qui, après cinq mois de baisse consécutive de sa popularité, voit sa cote remonter de cinq points à 40% et le taux d'opinions défavorables reculer de six points à 58%.

Le Premier ministre est pourtant en recul dans son propre camp, avec 71% de satisfaits chez les sympathisants du PS contre 74% en juin, et chez les sympathisants du parti centriste Modem (46%, -5 points).

Mais il progresse fortement chez ceux du Front de Gauche (37%, +9 points) et ceux d'Europe Ecologie-Les Verts (51%, +14 points), alors même que les écologistes ont contesté, vendredi, son annonce de la reprise du chantier de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes.

Le sondage a été réalisé les 17 et 18 juillet par téléphone auprès d'un échantillon de 974 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés