Publicité

Jour J pour le premier budget de Salvini

©Photo News

La coalition populiste au pouvoir en Italie doit présenter ce soir les grandes lignes de son premier budget, exercice d'équilibre périlleux entre respect des promesses électorales et contraintes européennes.

Le conseil des ministres italiens, prévu avec deux heures de retard à 20h, doit entériner les nouveaux objectifs de croissance, de déficit et de dette publique pour la période 2018 à 2021, mais l'essentiel de l'attention se portera sur le projet de budget pour 2019, le premier élaboré par la coalition au pouvoir depuis juin, qui réunit le parti anti-système M5S (Mouvement 5 étoiles) et la Ligue, formation à l'extrême droite de l'échiquier politique. 

©Britta Pedersen/dpa-Zentralbild/

Giovanni Tria, ministre de l'Economie que d'aucuns annoncent sur le départ, tient une ligne proche des recommandations européennes. Il a encore insisté ces derniers jours pour que le déficit budgétaire prévu pour 2019 n'excède pas 1,6% du PIB. Face aux pressions des deux composantes de la coalition, il a assoupli sa position et se dit prêt désormais à aller jusqu'à 1,9%, dit-on de source gouvernementale. Cela doit être mis en parallèle avec l'objectif pour cette année, qui est de 1,6%, et avec l'objectif de 0,8% pour 2019 qui était celui du précédent gouvernement de centre gauche.

Financer le revenu de citoyenneté

La Ligue et le M5S poussent tous deux pour un déficit budgétaire compris entre 2% et 2,5%, afin de pouvoir financer des réformes promises durant la campagne électorale, comme par exemple l'instauration d'un "revenu de citoyenneté". Mercredi soir encore, on déclarait de source proche de la majorité que les partis de la coalition voulaient que l'objectif retenu soit 2,4%, et les consultations se poursuivaient pour tenter de sortir de l'impasse.

Le cadre budgétaire doit être approuvé par le gouvernement au plus tard le 20 octobre. Giovanni Tria a assuré que le projet de budget engloberait le financement du revenu de citoyenneté et la possibilité de prendre sa retraite plus tôt, conformément aux demandes des partis de gouvernement.

Malgré cela, dans le courant de l'après-midi de mercredi, Luigi Di Maio, chef de file du M5S et vice-président du Conseil, avait déclaré qu'il n'y avait toujours pas d'accord sur le  budget 2019 et qu'une nouvelle réunion était nécessaire pour aplanir les différents persistants. "Il reste encore beaucoup à faire", avait-il déclaré devant la presse à Rome.

Selon le Corriere della Sera de jeudi, le conseil des ministres de jeudi consacré au budget pourrait être reporté. Réagissant aux informations de presse, Luigi Di Maio a dit ne pas avoir connaissance d'un tel report et il a assuré que personne ne demandait le départ de Giovanni Tria. Il a estimé que la journée d'aujourd'hui serait "très importante" pour les nouvelles perspectives économiques de la Péninsule. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés