Juncker répond vertement à Trump

Fin juillet, le bisou. Fin août, on remet les choses au point... ©Photo News

Si Donald Trump renforce les droits de douane contre les importations d'automobiles européennes, comme il a menacé de le faire jeudi, "alors nous le ferons aussi", grogne Jean-Claude Juncker.

A une époque pas si lointaine, on se faisait des bisous. Désormais, on se lance des piques. Paf! d'un côté? Boum! de l'autre. Ainsi vont les relations entre le vieux continent et le nouveau monde.

Jeudi, Donald Trump rejetait ainsi la suggestion européenne consistant à supprimer tous les droits de douane sur les importations d'automobiles. C'est insuffisant, grognait-il. Il a aussi déclaré que les politiques commerciales de l'UE étaient "presque aussi mauvaises que (celles de) la Chine".

Deux attaques qui ont fait mal à Jean-Claude Juncker.

Le président de la Commission européenne ne compte pas se laisser faire... L'Union européenne ne laissera personne déterminer sa politique commerciale, a donc lancé celui-ci. Et si Washington ne respecte pas l'accord et impose de nouveaux droits de douane, "alors nous ferons de même". Il s'exprimait sur la chaîne allemande ZDF.

Bref, le cessez-le-feu commercial conclu en juillet entre Washington et Bruxelles semble à nouveau menacé.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content