L'entrepreneur allemand nage en plein bonheur

L'indice IFO n'a jamais été aussi haut depuis la réunification des deux Allemagnes. Il faut remonter avant la crise pour trouver le précédent record.

Le climat des affaires s'est encore amélioré en novembre en Allemagne, le baromètre Ifo atteignant un nouveau niveau record depuis la Réunification, une bonne nouvelle de plus pour la première économie européenne. L'Ifo, principal indice de confiance en Allemagne, est monté à 109,3 points en novembre, du jamais vu depuis les premières statistiques en 1991 de l'Allemagne réunifiée, a précisé à l'AFP un porte-parole.

Les précédents niveaux records de l'Ifo remontaient aux années 2006-2007, avant la crise financière.

Le moral des entrepreneurs est meilleur que ne l'escomptaient les économistes interrogés par Dow Jones Newswires, qui tablaient sur un indice inchangé par rapport au mois dernier, où il s'est fixé à 107,7 points (chiffre revu mercredi en hausse de 0,1 point).

Les entrepreneurs allemands sont également plus optimistes pour l'avenir. L'indice de leurs attentes pour les six prochains mois a grimpé de 1,1 point à 106,3 points.

Les indicateurs économiques sont toujours au beau fixe en Allemagne, avec une croissance vigoureuse: la hausse du PIB devrait atteindre 3,4% en 2010, selon une prévision du gouvernement fédéral du mois dernier que les économistes jugent conservatrice. "Il est difficile de ne pas devenir euphorique", commentait l'économiste de UniCredit Andreas Rees.

"Si les entreprises continuent de ne pas être impressionnées par la crise de la dette publique en zone euro, et si les marchés émergents en Asie restent forts, il sera difficile d'arrêter la locomotive de la croissance allemande", a-t-il estimé.

Thilo Heidrich de Postbank rappelait toutefois que la reprise devrait s'essouffler au premier semestre 2011 et que le ralentissement de la conjoncture mondiale à ce moment là devrait aussi freiner l'industrie allemande, très orientée à l'export.

Mais d'ici là la consommation des ménages, qui a déjà commencé à rééquilibrer la croissance allemande au troisième trimestre de cette année, pourrait devenir un nouveau pilier de la croissance dans le pays, a-t-il ajouté. Le moral des ménages allemands continue en effet de progresser, a relevé mardi l'institut GfK, à mesure que la hantise du chômage s'éloigne et que les perspectives de hausses de salaires se concrétisent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés