L’Europe vise deux fois plus de licornes d’ici 2030

La vice-présidente de la Commission Margrethe Vestager présentait mardi sa "boussole numérique 2030". ©REUTERS

La Commission européenne veut accélérer la transition numérique, mise sur le doublement de la production de semi-conducteurs et espère faire éclore les licornes.

C’est la "décennie numérique": celle où l’Europe entend accélérer sa mutation vers la société de l’homo numericus. Comme on ne gagne pas une course sans ligne d’arrivée, la Commission a proposé mardi une série d’objectifs chiffrés à atteindre d’ici 2030. Le tout dans une "boussole numérique" qui s’articule autour de quatre points cardinaux : augmenter les compétences des personnes, améliorer les infrastructures, transformer les entreprises et des administrations publiques.

Objectifs en bataille

Ainsi, d'ici la fin de la décennie, la Commission vise l'acquisition de compétences numériques de base par au moins 80% des adultes.  Elle tentera aussi de mieux répondre aux besoins des entreprises avec un objectif de 20 millions d'employés dans le secteur des technologies de l'information et la communication (TIC). Ils étaient 7,8 millions en 2019, et au rythme de croissance actuel de cette population de spécialistes, l'UE restera loin derrière son objectif. L'Europe compte notamment sur la féminisation de ces métiers pour accélérer la cadence.

"La production de semi-conducteurs de pointe et durables en Europe, notamment les processeurs, devrait représenter au moins 20% de la production mondiale en valeur, soit le double de la part de 10% atteinte en 2020."
Commission européenne

La Commission fixe aussi un cap pour les infrastructures numériques. Tous les foyers d'Europe devraient bénéficier d'une connectivité gigabit (1 giga/seconde) d’ici dix ans - l'année dernière, ils étaient 59% à y avoir accès. La 5G devra couvrir l'ensemble des zones habitées (14% aujourd'hui). La Commission mise aussi sur une plus grande autonomie en matière de production de biens  clés: "La production de semi-conducteurs de pointe et durables en Europe, notamment les processeurs, devrait représenter au moins 20% de la production mondiale en valeur, soit le double de la part de 10% atteinte en 2020", indique la Commission dans sa communication.

La "vision" entend aussi pousser les entreprises à accélérer la mue - trois entreprises sur quatre devraient utiliser "les services d'informatique en nuage, les mégadonnées et l'intelligence artificielle". La Commission fixe même un objectif chiffré de "licornes" - start-ups valorisées à plus d'un milliard de dollars : l'Union devrait en recenser "environ 250", soit deux fois plus que cette année (122 au compteur).

La marée numérique ne devra pas oublier les administrations: tous les services publics "essentiels" devront être disponibles en ligne. Et tous les citoyens de l'Union auront accès à la version électronique de leurs dossiers médicaux.

Projets transnationaux

En bon coach, la Commission prévoit de pousser les États dans le dos pour qu'ils corrigent leurs lacunes. Elle prépare une législation qui établira "un cadre de gouvernance solide pour suivre les progrès": un rapport annuel mettra en évidence pour chaque État où les voyants sont au vert ou au rouge. L'exécutif européen prévoit aussi d'avancer des propositions concrètes pour remédier aux lacunes.

Le cadre devra aussi faciliter le lancement de projets multinationaux pour combler les carences les plus critiques de l'Union. La liste des projets discutés pour l'instant comporte par exemple la construction d'une infrastructure de data commune pan-européenne, le développement de la prochaine génération de processeurs faiblement consommateurs d'énergie, le déploiement de corridors 5G, la construction d'ordinateurs quantiques ou encore un réseau de centres d'opérations de sécurité capables de détecter au plus tôt des signes de cyberattaques. La Commission prévoit de déposer un programme d'action numérique au troisième trimestre de cette année. Il sera notamment financé par le plan de relance européen, duquel les États se sont engagés à réserver 20% au numérique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés