L'Italie et son budget échappent à une procédure disciplinaire de l'Europe

©AFP

Une procédure pour déficit excessif contre l'Italie n'est "plus justifiée" à ce stade, estime la Commission européenne. L'avis de la Commission est généralement suivi par les Etats membres.

Bouffée d'oxygène pour l'Italie. Le pays évite l'ouverture par l'UE d'une procédure disciplinaire pour déficit excessif en 2019 en raison de son niveau d'endettement. La Commission européenne maintient toutefois la pression pour 2020.

Cette annonce était attendue après la promesse du gouvernement italien de réduire son déficit. "Sur la base des engagements (du gouvernement italien), la Commission a conclu qu'une procédure pour déficit excessif contre l'Italie au titre de la dette n'est plus justifiée à ce stade", a déclaré le Commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse à Bruxelles. Ce dernier compte expliquer ses conclusions aux 19 ministres des Finances de la zone euro, lors d'une réunion lundi prochain à Bruxelles au cours de laquelle ils doivent eux aussi se prononcer sur l'abandon de cette procédure.

"Je suis très confiant que les ministres seront d'accord" avec l'exécutif européen, a-t-il ajouté, misant sur la tradition qui veut que les Etats membres suivent généralement son avis.   

Cap sur 2020

Le commissaire Moscovici se garde toutefois bien de faire retomber la pression sur la coalition populiste. "Nous allons continuer à surveiller étroitement la mise en oeuvre du budget italien pour la seconde moitié de l'année", a-t-il prévenu. En outre, il a promis "d'évaluer très soigneusement le projet de budget italien pour 2020, qui doit parvenir le 15 octobre" à la Commission.

Pierre Moscovici a souligné l'importance du dialogue avec le Premier ministre italien Giuseppe Conte, concluant en italien: "ma porte reste ouverte".

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect