Publicité

L'UE envisage une taxe carbone sur l'acier, le ciment et l'électricité

L'acier, que l'on voit ici transformé dans une usine de Zouping, à l'est de la Chine, fait partie des produits qui seraient visés par une taxe carbone européenne. ©AFP

L'Union européenne songe à instaurer une taxe à l'importation sur certains biens en provenance de pays aux normes environnementales moins strictes.

La Commission européenne pourrait imposer une taxe carbone sur des marchandises comme l'acier, le ciment et l'électricité. Le projet de l'exécutif européen, destiné à préserver la compétitivité des entreprises du bloc face à leurs concurrentes, doit être présenté le 14 juillet.

S'appuyant sur une version provisoire de cette proposition, l'agence Bloomberg indique que la taxe carbone sera intégralement appliquée à compter de 2026, alors qu'une mise en place progressive s'opèrera dès 2023.

1
tonne
Les importateurs des produits visés (acier, ciment, engrais, aluminium et électricité) devront acheter des certificats numériques représentant chacun une tonne d'émissions de dioxyde de carbone.

Cette dernière concernera l'acier, le ciment, les engrais, l'aluminium et l'électricité.

Des exceptions?

Les importateurs de ces produits devront acheter des certificats numériques représentant chacun une tonne d'émissions de dioxyde de carbone. Le prix des certificats sera indexé au coût des permis sur le marché du carbone de l'Union européenne (UE) et au prix moyen des enchères de chaque semaine.

L'exécutif européen a toutefois laissé entendre, dans le passé, que les pays dont les normes environnementales correspondant à celles de l'UE pourraient être exemptés de cette taxe.

Une refonte plus large

Les dirigeants de l'UE ont déclaré à plusieurs reprises qu'ils accueilleraient favorablement un mécanisme de prélèvement aux frontières, mais la mise au point des détails risque de susciter de longs débats.

L'objectif global du Green Deal ambitionne de faire de l'Europe le premier continent neutre sur le plan climatique, d'ici le milieu du siècle.

Cette décision s'inscrit dans la continuité d'un plan d'action plus étendu. Les 27 États membres de l'UE renforcent leurs règles environnementales dans le cadre d'une refonte qui devrait, dans le futur, s'appliquer à tous les domaines, des transports à la production d'énergie en passant par le commerce.

L'objectif global du Green Deal ambitionne, en effet, de faire de l'Europe le premier continent neutre sur le plan climatique, d'ici au milieu du siècle. La Commission n'a pas souhaité faire de commentaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés