Publicité
Publicité

L'UE répartit son aide aux agriculteurs sans lever les doutes

©REUTERS

La Commission européenne a détaillé devant les ministres européens de l'Agriculture réunis à Luxembourg son paquet de mesures présenté la semaine dernière en réponse à la crise agricole. Sur les 500 millions d'euros dégagés, la Belgique en recevrait 13. Une "petite victoire" mais "il reste du travail", selon la Fédération wallonne de l'Agriculture (FWA).

Suite à la manifestation musclée des agriculteurs à Bruxelles lundi dernier, les Etats européens avaient demandé à la Commission de leur fournir une version plus précise de ses propositions. Plusieurs délégations, dont la Belgique, les estimaient en outre insuffisantes face à l'ampleur de la crise qui affecte surtout les secteurs laitier et porcin.

Le commissaire à l'Agriculture Phil Hogan a précisé ce mardi devant les ministres européens de l'Agriculture que, sur les 500 millions d'euros du plan d'aide, 420 seraient directement distribués aux Etats membres. La Belgique, particulièrement touchée par la baisse des prix des produits agricoles, en recevrait 13 millions. L'Allemagne et la France récolteraient la plus grande part du gâteau, avec respectivement 69,2 et 62,9 millions d'euros.

Comment la répartition s'est-elle faite?

La répartition entre Etats a été fixée à 80% sur la base des quotas laitiers en vigueur jusqu'au 31 mars 2015. Les 20% restants ont été alloués en fonction de l'ampleur de la crise dans chaque Etat membre.

©Photo News

Sans critiquer le mode de répartition, la Belgique a rappelé, par la voix de son ministre fédéral Willy Borsus, que le montant total du plan d'aide était insuffisant à ses yeux. "On n'avance pas vers une solution à la crise. Mais la Commission a annoncé que des experts de haut niveau plancheraient sur des mesures plus structurelles", rapporte le ministre wallon de l'Agriculture René Collin, également présent à Luxembourg.

"C'est un pari aléatoire et dangereux"

La Commission a par ailleurs mis l'accent sur l'aide au stockage privé. Elle veut la renforcer pour le fromage et la poudre de lait écrémé et introduire un nouveau mécanisme d'aide pour la viande de porc. Elle a précisé qu'elle était prête à rembourser à 100% le stockage de poudre de lait écrémé pour une période d'un an. Là aussi, le ministre wallon de l'Agriculture reste prudent. "La Commission fait le pari qu'en sortant des volumes importants du marché, les cours remonteront. C'est un pari aléatoire et dangereux", réagit René Collin.

"Un relèvement du prix d'intervention aurait été bien mieux", poursuit René Collin alors que la Commission s'oppose farouchement à une augmentation de ce prix auquel les Etats membres peuvent racheter puis stocker le beurre et la poudre de lait en attendant que les cours remontent. Il est très en-deçà du marché même si, cet été, les prix ont tellement dégringolé qu'il a été activé dans quelques Etats, notamment en Belgique pour la poudre de lait.

Le secteur applaudit, mais ...

De son côté, la Fédération wallonne de l'Agriculture (FWA) a salué les "progrès" obtenus, tout en estimant qu'"il reste du travail" pour répondre aux graves difficultés vécues par les agriculteurs.

©Photo News

La FWA voit aussi d'un bon œil le paiement anticipé des aides directes, à hauteur de 70%, sans contrôle sur le terrain dans les fermes mais moyennant un contrôle administratif, ce qui permettra d'apporter "un peu d'oxygène" en vue de la fin d'année, une période propice au règlement des factures.

Ce dernier a enfin salué l'évaluation prévue à la mi-novembre du volet de mesures annoncées ces derniers jours, ce qui permettra de voir si les marchés se sont redressés. "En cas d'échec, il faudra revoir la copie", avertit d'ores et déjà Yvan Hayez, le secrétaire général de la FWA, tout en promettant que la FWA restera "mobilisée".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés