L'Union européenne sanctionne des fabricants d'électronique pour fixation de prix

Asus écope de la plus grosse amende: 63 millions d'euros. Une amende ensuite réduite de 40%. ©Bloomberg

La Commission européenne a infligé une amende totale de 111 millions aux fabricants de composants électroniques Asus, Denon & Marantz, Philips et Pioneer pour avoir imposé des prix de revente à leur détaillants en ligne. L'amende a été réduite à 65,5 millions en reconnaissance de leur coopération.

Nouvelle victoire pour Margrethe Vestager. La commissaire européenne chargée de la Concurrence s'est attaquée à l'une des pratique anticoncurrentielles les plus courantes sur le marché numérique: la restriction des prix de revente. Une pratique si courante que pas moins de quatre entreprises ont été sanctionnées aujourd'hui.

"Des millions de consommateurs européens ont dû payer plus cher des appareils de cuisine, des sèche-cheveux, des ordinateurs portables, des casques et de nombreux autres produits."
Margrethe Vestager
Commissaire européenne à la Concurrence

Les fabricants électroniques grand public Asus, Denon & Marantz, Philips   et Pioneer se sont vus infliger une amende totale de 111 millions d'euros. Les quatre firmes imposaient à leurs détaillants en ligne des prix de reventes fixes ou minimaux. "Si ces détaillants ne se conformaient pas aux prix demandés par les fabricants, ils s'exposaient à des menaces ou sanctions, telles que la cessation des approvisionnements", souligne la Commission dans son communiqué.

La hausse forcée des prix les plus bas faisait automatiquement augmenter les prix de tous les sites de vente en ligne, qui fixent généralement leurs tarifs selon des algorithmes d'analyse de la concurrence. Selon la Commission, les firmes sanctionnées avaient développé des outils similaires pour détecter et corriger rapidement toute baisse de prix sur leurs produits. "En conséquence des mesures prises par ces quatre entreprises, des millions de consommateurs européens ont dû payer plus cher des appareils de cuisine, des sèche-cheveux, des ordinateurs portables, des casques et de nombreux autres produits, a dénoncé Margrethe Vestager. Cette pratique est illégale au regard des règles de l'UE en matière de pratiques anticoncurrentielles."

Les services de la Concurrence avaient ouvert une enquête sur ces pratiques en février 2017. Dans leurs travaux, les enquêteurs ont joui de la coopération des firmes, qui ont apporté d'elles-mêmes des éléments de preuve et ont reconnu leur infraction. Leurs amendes ont par conséquent été presque réduites de moitié. L'amende totale s'élève donc à 65,5 millions d'euros. Rien de comparable avec l'amende record de 4,3 milliards infligée par la même Commission européenne à Google la semaine dernière.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés