La crise n'a pas freiné la fraude en Europe

L'office européen de lutte contre la fraude a ouvert plus d'enquêtes en 2020, notamment liées aux équipements médicaux.

La crise sanitaire n'a pas freiné les fraudeurs, à lire le rapport annuel de l'Office européen antifraude (Olaf). L'agence européenne a au contraire vu augmenter la contrefaçon de produits médicaux avec la crise du Covid-19. "Un travail d’importance vitale a été mené pour protéger les citoyens de l’UE des équipements médicaux contrefaits ou non conformes dans le cadre de la pandémie de coronavirus", souligne l’office. Depuis le début de la pandémie, des dizaines de millions de masques, gels et autres tests Covid ont été saisis. L'Olaf a identifié 1.150 opérateurs suspects dans ce secteur.

293
millions €
En 2020, l'Olaf a recommandé le recouvrement de 293 millions d'euros pour le budget de l'Union européenne.

Aucun trafic de faux vaccins n'a par contre été détecté : "Avant même que le premier vaccin ait été administré, nous avons sonné l'alarme sur les offres de faux vaccins", a souligné jeudi son directeur général, Ville Itala, qui présentait le rapport. Cela aurait, d'après lui, "empêché toute fraude dans ce domaine malgré les nombreuses tentatives".

Enquêtes en hausse

En tout, l'agence européenne a ouvert l'an dernier 295 nouvelles enquêtes, une augmentation sensible par rapport à l'année précédente (226). Elles portaient sur des conflits d'intérêts dans le cadre de marchés publics, des fraudes au financement de la recherche, ou encore de la contrebande de cigarettes. L'Italie est le pays le plus visé par des enquêtes sur l'utilisation de fonds européens par les autorités, devant la Bulgarie et la Hongrie. En 2020, l'Olaf a bouclé 230 enquêtes et recommandé le recouvrement de 293 millions d'euros pour le budget de l'Union européenne.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés