Publicité

La France et l’Allemagne pressent la Commission d’accepter les plans de relance

Olaf Scholz et Bruno Le Maire ont organisé une conférence de presse (virtuelle) commune pour présenter les plans de relance de l'Allemagne et de la France. ©BELGAIMAGE

Les ministres des Finances des deux pays ont précisé mardi dans une conférence de presse commune les grands axes des volets français et allemand du plan de relance européen.

Paris et Berlin ont appelé mardi la Commission européenne à examiner au plus vite les plans de relance nationaux, alors que le Vieux continent risque de se faire distancer par la Chine et les États Unis, qui ont déjà renoué avec la croissance. "Nous avons perdu trop de temps", a notamment souligné le ministre français de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire dans le cadre d’une conférence de presse commune avec le ministre allemand des Finances Olaf Scholz. "La croissance chinoise est repartie. Les États-Unis sont en plein essor. L’Union européenne doit rester dans la course. La Commission doit analyser les plans nationaux de relance et de résilience dès que possible afin qu’ils puissent être approuvés par le Conseil en juillet au plus tard, ce qui permettra que l’argent soit versé avant la fin de l’été."

L’appel a semble-t-il été entendu. La présidente de la Commission Ursula von der Leyen a assuré dans un communiqué que "la Commission travaille main dans la main 24 heures sur 24" avec la douzaine de pays qui doivent déposer cette semaine leurs plans de relance pour approbation. "C’est l’occasion du siècle pour l’Europe, un moment vraiment historique", a souligné la présidente de la Commission.

"C’est l’occasion du siècle pour l’Europe, un moment vraiment historique."
Ursula von der Leyen
Présidente de la Commission européenne.

L’Union européenne s’était mise d’accord en juillet dernier sur un plan de relance historique baptisé Next Generation EU de 750 milliards d’euros (5,6% du PIB européen) financés par une émission de dette commune. Neuf mois plus tard, une douzaine de pays dont la France et l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie (qui seront les principaux bénéficiaires du plan avec quelque 70 milliards chacun) doivent soumettre leurs plans nationaux cette semaine à Bruxelles.

Croissance en hausse en Allemagne

Selon le FMI, la zone euro devrait connaître cette année une croissance moyenne de 4,4% contre 6,6% pour les États-Unis dopés par le plan de relance de 1.900 milliards de dollars de Joe Biden. Berlin a légèrement revu à la hausse mardi ses propres prévisions pour l’année en cours à 3,5%.

Les plans français et allemand serviront en grande partie à financer des projets dans les domaines de la protection du climat et de la numérisation. L’Allemagne compte ainsi consacrer 14 des 28 milliards bruts de son plan de relance et de résilience (DARP) au virage numérique afin de combler une partie du retard pris par le pays en la matière, ainsi que 11,5 milliards d’euros à la préservation du climat, grâce notamment à un vaste plan de développement de l’hydrogène. "L’Allemagne dépasse ainsi largement les objectifs fixés par l’UE qui prévoit que les plans de relance nationaux doivent être consacrés pour 37% au climat et 20% au développement du numérique", rappelle Olaf Scholz. "Selon l’institut DIW, le plan de relance allemand va faire gagner à l’Allemagne à long terme 2 points de croissance et augmenter le taux d’activité de 0,5 à 1 point", ajoute le ministre allemand.

Pour sa part, Bruno Le Maire assure que "le plan de relance français fonctionne. Nous avons déjà engagé 30 milliards d’euros sur les 100 milliards prévus, soit un tiers du volume total" avec des projets notamment dans la numérisation des PME et des projets de relocalisation industrielle. "Si on veut restaurer les finances publiques en France, on aura besoin de réformes comme la loi résilience et climat ou la réforme de l’assurance chômage. Et je ne dis pas cela parce que ce serait une demande de la Commission mais parce que c’est l’intérêt de la France", a encore indiqué Le Maire.

Le résumé

  • La France et l'Allemagne ont appelé mardi la Commission européenne à examiner "au plus tôt" les plans de relance nationaux pour éviter que l'Europe ne se laisse distancer par la Chine et les États-Unis dans la course à la reprise mondiale.
  • La conférence de presse commune du tandem Scholz - Le Maire est une initiative symbolique visant à replacer le couple franco-allemand au centre du jeu européen.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés