La loi climat européenne, adoptée sans les Verts

L'objectif de -55% d'émissions pour 2030 est insuffisant pour les verts (ici les co-présidents Philippe Lamberts et Ska Keller en 2019). ©EPA

Le texte central de l'ambition climatique européenne n'est pas assez ambitieux, estiment les écologistes, qui comme attendu l'ont rejeté en bloc.

La nouvelle loi climat européenne, qui fixe l'objectif de réduction de 55% des émissions de gaz à effet de serre à l'horizon 2030, a été adoptée jeudi par le Parlement européen à une écrasante majorité (442 pour, 203 contre, 52 abstentions). Le texte fixe également l'objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050 et prévoit la création d'un Comité consultatif scientifique, qui sera chargé d'évaluer la cohérence de la politique européenne vis-à-vis des objectifs.

Une "étape importante"

Comme attendu, les Verts (dont les Belges francophones Lamberts et Bricmont, Ecolo) ont rejeté le texte, considérant l'ambition insuffisante. On se réfère notamment chez les Verts au Climate Action Tracker, outil d'analyse scientifique indépendant selon lequel l'objectif de l'Union pour 2030 devrait être de -65% pour être compatible avec l'Accord de Paris. Ce rejet n'a pas empêché la ministre fédérale du Climat, Zakia Khattabi (Ecolo) de saluer "une étape importante" - conforme à l'accord de gouvernement fédéral.

On note sur ce vote clé un schisme entre les socialistes belges et français. Alors que ces derniers, sur la ligne des Verts, ont voté contre le texte, les Belges (Arena, Tarabella, PS) ont voté pour, avec le reste des sociaux-démocrates. Les chrétiens-démocrates (Lutgen, cdH) et les libéraux (Ries, Chastel, MR) ont voté pour, tandis que la gauche radicale (Botenga, PTB) a voté contre. À l'autre bout du spectre, la droite nationaliste (N-VA) s'est largement abstenue, et l'extrême-droite (VB) a rejeté la loi climat.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés