Publicité
Publicité

Les données économiques sont "plus faibles" que prévu (Draghi)

Comme on s'y attendait, la Banque centrale européenne a décidé de ne pas toucher à ses taux directeurs. Le ralentissement marqué de l'activité en zone euro alimente les craintes que la BCE soit trop optimiste sur ses prévisions de croissance, qu'elle pourrait donc être contrainte d'abaisser lors de sa prochaine réunion en mars.