Mesures made in "Hollande" pour une France plus attractive

©REUTERS

Le président français, François Hollande recevait lundi les grands patrons de groupes internationaux à l'Elysée. Il a annonce une série de mesures pour renforcer l'attractivité française.

Une trentaine de grands patrons de groupes internationaux participent lundi matin à l'Élysée à un "Conseil de l'attractivité" à l'invitation du président français François Hollande, pour plancher sur une restauration de l'attractivité de la France pour les investisseurs étrangers.

Ils ont été rejoints en fin de matinée par le Président François Hollande.Il l'issue de la rencontre, il a le Président a présenté  une série de mesures visant à renforcer l'attractivité de la France.

♦  l'Agence française des investissements internationaux (AFII) et UbiFrance vont fusionner les aides aux implantations de start-up étrangères et des simplifications administratives en douane.
"Tout doit être fait pour accueillir rapidement et efficacement les investissements venus de l'étranger. C'est pourquoi l'Agence française des investissements internationaux et UbiFrance (Agence française pour le développement international des entreprises, ndlr) seront fusionnés purement et simplement", a annoncé le chef de l'État lors d'un discours clôturant la réunion d'un conseil stratégique de l'attractivité, lundi à l'Élysée.

"Cet outil de promotion de la France regroupera donc 1.500 personnes avec un budget de 200 millions d'euros et un réseau de 65 pays où nous sommes représentés" et "un quart des chefs d'entreprise participant au conseil d'administration seront des dirigeants des filiales étrangères implantées en France", a-t-il précisé.

♦ Le président a confirmé la création d'un "passeport talent" pour "mieux recevoir les innovateurs et les créateurs".
Cet outil "offrira une durée de séjour en France de quatre ans pour les jeunes diplômés qualifiés, les créateurs, les investisseurs, les mandataires sociaux, les travailleurs hautement qualifiés, toutes ces personnes dont nous avons besoin en France et qui ne doivent pas se trouver entravées par je ne sais quelle procédure", a-t-il détaillé.


Un interlocuteur unique et une aide de 25.000 euros pour l'implantation en France des start-up étrangères verront aussi le jour. Par ailleurs, les filiales d'entreprises étrangères qui s'installent en France "pourront à l'avenir bénéficier de l'intervention de la Banque publique d'investissement".

♦ La simplification du régime de TVA applicable aux entreprises importatrices est également prévue comme des procédures en douane à l'import et à l'export"

Réunion au sommet

Les dirigeants de poids lourds de l'industrie mondiale (Volvo, Bosch, Siemens, Samsung, Intel, Nestlé ou General Electric) mais aussi des responsables de fonds d'investissement du Koweït, du Qatar ou de Chine ainsi que des entreprises de pays émergents étaient attendus ce lundi matin à l'Élysée pour une réunion présidée par le Premier ministre. Au programme: "le marché français et son accessibilité", "la fiscalité et la régulation" ainsi que "l'innovation et le capital humain".

Outre Jean-Marc Ayrault, neuf ministres devaient également y participer parmi lesquels Laurent Fabius (Affaires étrangères), Pierre Moscovici (Économie), Manuel Valls (Intérieur), Arnaud Montebourg (Redressement productif), Bernard Cazeneuve (Budget) ou encore Fleur Pellerin (Économie numérique).

Selon l'Élysée, 20.000 entreprises étrangères et leurs filiales sont installées en France où elles emploient environ deux millions de salariés.

Jean-Marc Ayrault avait reçu dès dimanche soir à Matignon les patrons de 26 entreprises internationales. "L'investissement est, et a été, dès le départ, une priorité de mon gouvernement", leur avait déclaré le chef du gouvernement, selon son entourage, faisant valoir que son "ambition" était "que la France soit à la hauteur des grandes mutations du monde".

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés