interview

"Nous avons donné les clés de l'Europe à l'Allemagne" (Jean Quatremer)

©Dieter Telemans

Correspondant de Libération auprès de l’Union européenne depuis plus de vingt ans, Jean Quatremer dresse un diagnostic imparable dans son dernier livre, "Il faut achever l’euro". Au fil des crises économique, migratoire et du Brexit, l’Allemagne a pris le pouvoir en Europe.

On a bâti un système dominé et contrôlé par les Allemands, et par personne d’autres.
Jean Quatremer

La plume acérée, le verbe tranchant, le journaliste de Libération Jean Quatremer couvre l’Union depuis les années 90 avec la même impertinence. Son travail d’investigation fut à l’origine de la chute de la Commission Santer. Il a vu naître et grandir la monnaie unique. Sans rien ôter à son franc parler, cette expérience fait de lui un des spécialistes les plus fiables des affaires européennes.

©Calmann-Lévy

Son dernier livre, "Il faut achever l’euro" (Éditions Calmann-Lévy), sonne comme une prémonition. Cette démonstration de plus de 600 pages, jamais ennuyeuse et bourrée d’anecdotes, dévoile comment le plus grand pays de l’Union européenne a fini par en prendre le contrôle.

Dans votre livre, l’euro est décrit comme une belle invention, bien qu’inachevée. Quelle fut l’étincelle créatrice?

©Dieter Telemans

 Ce qui est amusant, lorsqu’on refait l’histoire de l’euro, c’est que son père fondateur bien involontaire n’est autre que Daniel Cohn Bendit. En effet, on peut dire que l’idée de la monnaie unique est née avec le premier pavé qui a été lancé sur les CRS en mai 68. Car cette révolte étudiante a pour conséquence d’affaiblir le franc, finalement dévalué en 1969 par Georges Pompidou, ce qui crée des tensions au sein du système monétaire international (le mark doit être réévalué), perturbe les échanges commerciaux, malmène les politiques communautaires naissantes. Tant et si bien que c’est l’un des thèmes de la campagne électorale allemande de l’automne 1969. C’est là que naît l’idée de monnaie unique.

Juste après ces élections se réunit le premier conseil européen des chefs d’État et de gouvernement de l’histoire, en décembre, à La Haye. Les "six" demandent au Premier ministre luxembourgeois Pierre Werner de préparer un plan par étapes " en vue de la création d’une union économique et monétaire ". Ce rapport est un véritable mode d’emploi destiné à créer une monnaie unique pérenne. À côté d’une banque centrale chargée de gérer la politique monétaire, il préconise la création d’un gouvernement responsable devant le Parlement européen et de transférer au niveau européen l’essentiel des pouvoirs budgétaires. Bref, un État fédéral.

"Il faut achever l'euro", explique Jean Quatremer

Le projet ne verra pas le jour…

 Non. Georges Pompidou, un gaulliste, n’est pas favorable à de tels partages de souveraineté. Et puis, en août 1971, Richard Nixon met fin unilatéralement à la convertibilité du dollar en or, afin de pouvoir financer la guerre du Vietnam, et met fin au système de Bretton Woods. C’est un choc majeur qui entraîne une instabilité monétaire générale. Les Européens créaient le serpent monétaire pour limiter les fluctuations de leurs monnaies, mais le premier choc pétrolier de 1973, suite à la guerre du Kippour, tue dans l’œuf cette première tentative de rapprochement monétaire. Le deuxième choc pétrolier de 1979 n’arrangera rien. L’idée de la monnaie unique est enterrée, chacun réagit comme il peut pour colmater les brèches dans les bateaux nationaux.

Les citoyens n’ont jamais été autant en faveur de la construction européenne qu’aujourd’hui. Il y a un problème, un hiatus.

L’idée sera relancée en janvier 1988 par Édouard Balladur, qui propose de couronner le marché intérieur par une monnaie unique. Mais il n’y croyait pas lui-même, m’a-t-il confié. Il s’agissait d’envoyer un signal aux Allemands dont la politique monétaire était jugée trop restrictive. Mais, le ministre des affaires étrangères allemand, le libéral Hans-Dietrich Genscher, reprend l’idée au rebond avant qu’Helmut Kohl ne la fasse sienne. François Mitterrand, alors président de la République, y est favorable, car il y voit un moyen de retrouver de la souveraineté monétaire en faisant main basse sur le mark. On est en juin 1988, un an avant la chute du mur et la machine est lancée.

Pour quelle raison Delors a-t-il réussi là où d’autres ont échoué?

Delors était le sommet d’un triangle magique dont les deux autres pointes étaient Mitterrand et Kohl. Il y avait une confiance totale entre les trois. On a oublié ce que c’était, un président de la Commission européenne dans lequel les Français et les Allemands ont une confiance totale. Depuis lors cela n’est plus arrivé. Delors était à la fois politique et technocrate. Il était toujours l’homme apportant une solution quand les chefs d’État et de gouvernement étaient dans l’impasse et épuisés. On le voyait alors ouvrir sa mallette pour en sortir, comme par hasard, un compromis acceptable.

Pour l’euro, son idée géniale est d’inviter dans le comité qu’il préside et qui est chargé, en juin 1988, de préparer un plan de passage à la monnaie unique, les présidents des banques centrales. A priori, ils sont hostiles à ce projet, assis sur leur monnaie comme l’avare de Molière sur sa cassette. Mais, petit à petit, ils se prennent au jeu. Comme des enfants devant un mécano. Au bout d’un moment, tout le monde s’excite et ils accouchent en avril 1989, à l’unanimité, du rapport Delors, qui est le pré-Traité de Maastricht. Même le gouverneur de la banque d’Angleterre l’approuve, ce qui lui vaut des critiques acerbes de Margaret Thatcher.

Dix ans plus tard, l’euro est un succès. Pourquoi dites-vous qu’il est inachevé?

 Les pères fondateurs savaient qu’ils faisaient œuvre incomplète en créant une monnaie sans État. Kohl avait proposé d’aller vers une union politique. Mitterrand ne l’a pas accepté, en particulier parce qu’il estimait qu’il ne disposait pas de la majorité nécessaire dans un pays encore très souverainiste. Les pères fondateurs espéraient que le lancement de l’euro fiduciaire en 2002 produirait un choc fédéral.

Pourquoi le choc fédéral attendu par les pères de l’euro ne s’est-il pas produit?

À cause des marchés. Dès le lancement de l’euro, ils ont cru que jamais les États ne laisseraient l’un des leurs faire faillite et que la solidarité financière était une conséquence logique de l’existence d’une monnaie unique. Bref, ils ont imaginé un État fédéral implicite et se sont mis à prêter au même taux à la Grèce et à l’Allemagne. Le problème, c’est que les Grecs ont continué à dépenser comme des Grecs et non comme des Allemands.

Il ne faut pas prendre les citoyens pour des imbéciles, ils sentent bien que le pouvoir leur échappe de plus en plus.

Les politiciens européens avaient-ils perdu toute inspiration?

On ne fait des efforts que lors des crises. Le lancement de l’euro s’est fait alors que la croissance était forte et la baisse des taux d’intérêt qu’il a permis l’a entretenu. Les chefs d’État et de gouvernement se sont mis à se comporter comme les derniers rois mérovingiens qui se promenaient à travers le pays dans leurs chars tirés par les bœufs sans se préoccuper du vent de l’histoire.

Pourquoi aucun président de la Commission européenne n’a-t-il réussi à parachever l’euro?

Parce qu’on a choisi des Premiers ministres, des bêtes politiques, qui ne sont pas des techniciens. Si vous arrivez au sommet du pouvoir, c’est parce que vous avez été le meilleur pour tuer vos concurrents, mais l’intendance n’est pas votre cœur de métier. Or, un président de la Commission n’est pas un Premier ministre qui s’appuie sur une majorité politique. Delors savait à la fois rester à sa place, celle d’un honnête faiseur de compromis, et surtout comment tirer le meilleur d’une administration de conception. Ses successeurs, à partir de Romano Prodi en 1999, se sont pris pour des chefs de gouvernement, ce qu’il ne sont pas, et ils ont suscité la défiance des vrais patrons de l’Europe que sont les gouvernements.

Et la crise économique est arrivée…

En 2007, lors de la crise des "subprime", la Banque centrale européenne joue parfaitement son rôle. Jean-Claude Trichet, son président, comprend que le système bancaire est proche de l’embolie, les banques ne se prêtant plus d’argent faute de savoir ce qu’il y a dans les bilans de leurs consoeurs. Il injecte alors des centaines de milliards afin d’éviter la catastrophe, jouant ainsi son rôle de prêteur en dernier ressort. En septembre 2008, après la faillite de Lehman Brothers, rebelote. La BCE sauve une nouvelle fois les meubles. Nicolas Sarkozy, qui préside alors le Conseil européen, comprend la gravité de ce qui se passe et propose aux Allemands de créer une union bancaire dotée d’un fonds de secours, une communauté de l’automobile européenne et de préparer un plan de relance, car la récession qui s’annonce va être violente. Mais Angela Merkel, la chancelière allemande, répond "nein" persuadée que son pays passera à travers les gouttes. Il n’en sera rien : elle acceptera finalement d’agir, mais a minima et toujours dans un cadre national, intergouvernemental si nécessaire, et ce, afin de garder un contrôle sur tout ce qui se décide en commun.

L’Europe est devenue allemande, écrivez-vous?

Oui. Nous avons donné les clés de l’Europe à l’Allemagne. Face à une Allemagne qui refuse tout fédéralisme et toute solidarité, les Européens n’ont d’autre choix que d’accepter ses conditions pour que la zone euro puisse enfin venir en aide aux pays subissant des chocs asymétriques. Sans la signature allemande, aucun plan européen n’aurait été crédible : derrière l’euro, les marchés cherchent toujours le mark.

L’Allemagne l’a compris lors de la crise de la zone euro et s’est assuré un contrôle sur les institutions créées à cette occasion, comme le mécanisme européen de stabilité (MES) qui peut emprunter 750 milliards d’euros sur les marchés pour aider les pays en difficulté: toute décision européenne doit obtenir l’aval du Bundestag. De même, elle fera tout pour que l’Union bancaire, qui sortira l’Europe de la crise en 2012, ne s’applique pas à ses banques et pour éviter une mutualisation des risques, ce qui l’a affaibli. Ou encore, elle a imposé sa conception de la politique budgétaire à toute la zone euro en exigeant, pour prix de sa solidarité, un durcissement du Pacte de stabilité qui corsète les budgets nationaux. Elle a en fait profité de la crise pour exiger les clés du système et dans la panique, nous leur avons confié.

Nous sommes confrontés à un imperium germanique qui n’est démocratique que pour les Allemands, puisque leur Bundestag donne son aval à toutes les décisions prises à Bruxelles, et a-démocratique pour tous les autres.

Si on n'arrive pas à achever l’euro, les peuples éliront partout des Marine Le Pen et des Salvini qui se chargeront de détruire le projet européen.

L’euro étant inachevé, ne risque-t-on pas une crise?

Techniquement, l’euro peut tenir longtemps. La BCE se comporte désormais comme la Réserve fédérale américaine et on lui doit énormément pour avoir évité l’explosion de la zone euro puis la déflation. De même, l’Union bancaire, même incomplète et fragile, est une réalité : désormais, le risque bancaire n’impacte plus les comptes publics et la BCE garantit les dettes souveraines.

Par contre, politiquement, l’Europe et l’euro ne peuvent durer dans ces conditions. On a bâti un système dominé et contrôlé par les Allemands, et par personne d’autre.

Nous, citoyens européens, n’avons pas notre mot à dire sur la façon dont fonctionne le pilier budgétaire de la zone euro. Lorsque la Commission et l’Eurogroupe prennent des décisions sur les budgets, rendent-ils des comptes devant un parlement élu? Absolument pas. Or, les démocraties sont nées de la volonté des peuples de contrôler les recettes et les dépenses publiques.

Désormais, dans la zone euro, ce contrôle leur échappe et revient à deux institutions non démocratiques, la Commission et l’Eurogroupe qui ne rendent de comptes à personne. On aurait dû dire de façon plus claire aux citoyens européens que l’on a en réalité abrogé les élections nationales, comme l’a reconnu clairement Jean-Claude Juncker. Bref, la zone euro sans État fédéral est un fait un régime illibéral.

Le pouvoir des parlements serait bridé?

Le traité de Maastricht de 1992 et le pacte de stabilité, négocié en 1996 et durci en 2012-2013, contraignent les budgets nationaux. Cela veut dire que la démocratie ne peut s’exercer que dans le cadre de ces textes signés par des majorités qui ont depuis longtemps disparu. Pire, depuis le renforcement du pacte de stabilité, une majorité engage une trajectoire budgétaire sur plusieurs années et les majorités suivantes devront suivre une politique économique budgétaire décidée par d’autres. Ce n’est pas démocratique.

Comment inverser la tendance?

Pour la première fois, la France a élu un président, Emmanuel Macron, qui est fédéraliste. Lors de son discours à la Sorbonne, il a proposé de créer un ministre des Finances de la zone euro, un budget de la zone euro alimenté par de nouvelles ressources dont la taxe Gafa, un parlement de la zone euro, etc. Et que s’est-il passé ? Rien. Les Allemands ont tué dans l’œuf toutes ses propositions, soutenues par un Parlement européen contrôlé lui-même par les Allemands. Le pire est qu’il n’a pas été soutenu par la Commission présidée par Jean-Claude Juncker, lui-même une créature de Berlin, alors qu’elle est censée être le " Monsieur plus " d’Europe.

Quel impact cela aura-t-il sur les élections européennes de mai?

L’homme malade aujourd’hui ce n’est ni la France ni la Grèce mais l’Allemagne.

Pourquoi, selon vous, les partis démagogues connaissent-ils un tel succès alors que l’Europe s’est constituée contre le fascisme, l’autoritarisme et la démagogie? Quelque part, nous avons collectivement échoué. 70 ans plus tard, on se retrouve partout avec des partis nationalistes en plein essor. Or, les citoyens n’ont jamais été autant en faveur de la construction européenne qu’aujourd’hui. Il y a un hiatus. Et, pour moi, il est dû à la gouvernance de la zone euro. Les citoyens en votant pour ces partis lancent un cri d’alarme : ils veulent se réapproprier le pouvoir de décider de leur futur.Il ne faut pas les prendre pour des imbéciles : ils sentent bien que le pouvoir leur échappe de plus en plus. Je ne dis pas que leur réaction est censée, mais simplement qu’il s’agit d’un signal d’alarme : il faut injecter un maximum de démocratie dans le système sinon il va exploser.

Comment voyez-vous l’avenir?

Je pense que l’Allemagne, j’entends par là la CDU et le SPD, ne bougera pas. Il faudrait qu’elle subisse un choc extrêmement violent qui lui rappellerait que la paix et la prospérité dont elle jouit depuis 1945 ne lui sont acquises que parce qu’elle est dans l’Union européenne : elle a besoin des autres pays. Or elle pense qu’elle peut s’en sortir seule, que l’Europe est davantage une contrainte pour elle sauf si l’Europe devient allemande. L’Allemagne ne pense plus Européen, mais "Germany first ".

C’est pour cela que j’ai choisi ce titre, "il faut achever l’euro" : si on ne le parachève pas, il faut mieux l’achever, c’est-à-dire en sortir. Cela sera violent, car il s’agira de la disparition de la deuxième monnaie de réserve du monde, mais on peut essayer d’en limiter les effets. Si on ne parachève pas l’euro, les peuples éliront partout des Marine Le Pen et des Salvini qui se chargeront de le détruire. La responsabilité allemande dans cette affaire est monumentale. L’homme malade de l’Europe aujourd'hui ce n’est ni la France, ni l’Italie, mais l’Allemagne. Elle se laisse emporter par son hubris. Et j’ai peur que dans quelques mois, les citoyens européens se rappellent à son souvenir. Le choix que nous laisse Berlin par son refus du fédéralisme est entre la survie de nos démocraties nationales ou une Europe non démocratique. Terrible choix.

Quelque part, nous avons collectivement échoué.

©Dieter Telemans

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect